Huawei a encore trois mois avant que le bannissement du territoire américain entre en vigueur

Huawei

Huawei a bénéficié d’un nouveau sursis à la suite de l’interdiction de ses produits par l’administration Trump, selon les documents du département du Commerce déposés aujourd’hui.

Encore un autre délai

Plus tôt cette année, citant des préoccupations d’espionnage électronique, les États-Unis ont décidé de restreindre l’achat d’équipement à des “adversaires étrangers”. La décision visait directement Huawei, alors que des responsables s’inquiétaient de ce que le gouvernement chinois puisse exploiter la société basée en Chine pour espionner les Américains. (L’entreprise a nié tout acte répréhensible.)

Mais après l’annonce initiale, Huawei et ses filiales ont rapidement obtenu des licences leur permettant de continuer temporairement à travailler aux États-Unis. Et après qu’un délai de 90 jours ait pris fin en août, le secrétaire au Commerce Wilbur Ross en a accordé un autre.

Le délai devait encore se terminer cette semaine, mais selon les documents, les États-Unis accorderont une autre prolongation. À moins d’un autre changement, l’interdiction entrera en vigueur après le 16 février 2020.

Un porte-parole de Huawei n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Le plus récent retard vient de la poursuite des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine. Bien que les législateurs aient exprimé des préoccupations en matière de sécurité nationale, le président Trump a laissé entendre que le sort de Huawei pourrait faire partie d’un accord commercial avec la Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*