La crise climatique a déjà des conséquences dramatiques sur la santé humaine

Feu de foret

Dans une nouvelle et vaste évaluation axée sur les impacts du changement climatique sur la santé humaine, une collaboration mondiale de plus de 100 experts scientifiques dresse un tableau alarmant que la crise climatique nous rend malade. Si nous ne parvenons pas à limiter les émissions de gaz à effet de serre, nous serons confrontés à des changements extrêmes menaçant la sécurité alimentaire, augmentant la vulnérabilité aux maladies infectieuses, réduisant les heures de travail et exposant les populations à des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les incendies de forêt et la sécheresse.

Le nouveau rapport, publié dans le prestigieux journal médical The Lancet le 14 novembre, détaille les risques pour la santé posés par une planète qui se réchauffe rapidement et est co-écrit par 120 climatologues, professionnels de la santé.

Cela montre la voie dangereuse sur laquelle nous nous engageons si nous n’apportons pas de changements immédiats et radicaux. Les auteurs suggérant que la crise climatique aura un impact sur la santé humaine dès l’enfance. Les enfants et ceux vivant dans des pays à revenus faibles ou moyens seront “parmi les plus touchés”.

“Les enfants sont particulièrement exposés aux risques que font peser les changements climatiques sur la santé”, a déclaré le Dr Nick Watts, directeur exécutif de The Lancet Countdown, dans un communiqué de presse. “Leur corps et leur système immunitaire continuent à se développer, les rendant plus vulnérables aux maladies et aux polluants environnementaux.”

Prenons l’exemple d’un enfant né aujourd’hui, le 14 novembre 2019.

À l’heure de son 71e anniversaire, l’enfant vivra sur une Terre dont la température moyenne est de 4 degrés Celsius (7,2 degrés Fahrenheit) par rapport aux niveaux préindustriels. Selon le rapport, cette augmentation de la température affecterait la santé de l’enfant tout au long de sa vie de multiples façons. En examinant les effets du changement climatique sur la santé en 2018, le consortium de chercheurs a démontré:

  • Les vagues de chaleur augmentent: en 2018, 220 millions de personnes ont été exposées aux vagues de chaleur, le plus haut niveau jamais enregistré.
  • L’augmentation de la chaleur diminue également la productivité. Les conditions étaient meilleures en 2018 qu’en 2017, mais l’augmentation de la température a entraîné la perte de 133,6 milliards d’heures de travail potentielles.
  • Plus de personnes ont été exposées aux incendies de forêt entre 2015 et 2018 qu’entre 2001 et 2004. Plus de personnes ont été exposées aux inondations et aux tempêtes en Afrique.
  • Les maladies infectieuses ont connu une année exceptionnelle en 2018. C’était la deuxième année la plus favorable pour la transmission du choléra, le paludisme et la dengue.
  • La hausse des températures réduit le potentiel de rendement des cultures mondiales pour les principales cultures céréalières telles que le maïs, le blé, le riz et le soja.
  • Les températures à la surface de la mer augmentent, menaçant la population de poissons de mer et la sécurité alimentaire.
  • La pollution de l’air s’aggrave à mesure que les émissions de dioxyde de carbone continuent d’augmenter. En 2016, les polluants atmosphériques ont causé la mort de 7 millions de personnes.

En continuant sur la voie actuelle les enfants nés aujourd’hui rencontreront des problèmes de santé sans précédent. Les scientifiques sont conscients des dangers et appellent les gouvernements à agir. La semaine dernière, plus de 11 000 scientifiques de diverses disciplines ont lancé un avertissement retentissant, proclamant une “urgence climatique”.

Et les enfants, ceux qui, selon le rapport du Lancet, seront les plus touchés par le réchauffement climatique, se mobilisent également. Sous l’impulsion de Greta Thunberg, une activiste climatique âgée de 16 ans, des grèves dans les écoles et des manifestations contre le changement climatique ont eu lieu à travers le monde ces derniers mois.

“Les jeunes ont raison d’être en colère et préoccupés par l’avenir. La science est effrayante. Mais nous avons encore une fenêtre d’opportunité”, a déclaré Fiona Armstrong, fondatrice de l’Alliance Climat et Santé.

Le rapport de mercredi offre une lueur d’espoir. Bien que l’utilisation du charbon ait augmenté en 2018, sa part dans la production d’énergie a diminué. La production d’énergie par les énergies renouvelables est en hausse, tout comme l’utilisation de véhicules électriques. Lentement, des progrès sont accomplis. Cependant, les auteurs déclarent que “les progrès actuels sont insuffisants” et que le monde peine à faire face.

“La crise climatique est l’une des plus grandes menaces pour la santé de l’humanité aujourd’hui, mais les gouvernements n’ont toujours pas réagi à la hauteur de l’ampleur sans précédent du défi auquel la prochaine génération sera confrontée”, a déclaré le Dr Richard Horton, rédacteur en chef de The Lancet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*