Les koalas ne sont pas éteints, mais ils ont besoin de notre aide

koalas
Un koala qui reçoit de l’eau après avoir été sauvé d’un feu de brousse le 2 novembre.

Le koala est l’un des marsupiaux australiens les plus emblématiques.Ils passent presque tout leurs temps dans les arbres, survivant grâce à un régime de feuilles toxiques et à une routine saine de siestes prolongées. Alors que l’Australie avait essuyé des feux de brousse sans précédent au cours des dernières semaines, le sort du koala a fait la une des journaux. Les images abondent des marsupiaux avec la peau carbonisée et déshydratée rampant vers la sécurité alors que les flammes détruisaient leurs habitats.

Les feux de brousse ont ravagé l’Australie, détruisant des centaines de milliers d’hectares. On estime que 1 000 koalas sont peut-être morts, y compris la moitié de ceux vivant à Port Macquarie. C’est une tragédie pour une espèce qui lutte déjà pour survivre contre les effets du changement climatique, des maladies et de la déforestation.

Un certain nombre de journaux récents annoncent que les feux de brousse ont détruit jusqu’à 80% de l’habitat du koala, rendant ainsi l’espèce « fonctionnellement éteinte ». Cela a suscité une réaction viscérale en ligne, avec des articles partagés à travers les médias sociaux. Et cela a du sens: le koala est une espèce bien-aimée, intrinsèquement liée à l’identité australienne, et son déclin témoigne directement des échecs dans la lutte contre le changement climatique. L’espèce est un passant innocent littéralement dans la ligne de mire à cause de l’inaction humaine.

Mais la (plutôt) bonne nouvelle est que les experts ne s’accordent pas pour dire que les koalas sont « éteints fonctionnellement » et que ce sont pas les feux de brousse qui les ont poussés au bord du gouffre. L’idée que l’espèce était en danger a été abordée bien avant que les feux de brousse commencent à se propager à travers l’Australie.

« Je ne crois pas que les koalas soient fonctionnellement éteints – pour le moment », déclare Rebecca Johnson, généticienne en koala au Australian Museum.

Le 10 mai, l’Australian Koala Foundation (AKF), organisation à but non lucratif dédiée à la conservation de l’emblématique marsupial, a publié un communiqué de presse selon lequel l’organisation était convaincue que « les koalas pourraient être fonctionnellement éteints dans tout le paysage australien » et que leur nombre pourrait être aussi bas que 80 000. La déclaration a été faite juste avant les dernières élections australiennes, alors que le changement climatique était une question politique essentielle.

Le communiqué de presse ne fournissait aucune information sur la manière dont le nombre de koalas étaient comptés. L’AKF n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

koalas
Un koala blessé qui a été soigné dans un hôpital pour koalas à Port Macquarie le 19 novembre après avoir été sauvé d’un feu de brousse.

Après la déclaration initiale d’  »extinction fonctionnelle » en mai, Christine Adams-Hosking, spécialiste de la protection de la nature à l’Université de Queensland, a rédigé un article pour The Conversation décrivant le sort du koala en Australie. Adams-Hosking y indiquait clairement que le titre d’extinction fonctionnelle avait probablement été appliquée avec un peu trop de hâte. Dans une étude menée en 2016, une collaboration de chercheurs a tenté de quantifier le nombre de koalas restants, mais c’étais un jeu complexe.

« Déterminer si chaque population de koalas dispersée dans l’est de l’Australie est fonctionnellement éteinte nécessiterait un effort gigantesque », a écrit Adams-Hosking. Il est extrêmement difficile pour les scientifiques de bien comprendre le nombre de koalas en Australie. Il est donc difficile de classer cette espèce comme « fonctionnellement éteinte ». Plus tard, dans un rapport du New Scientist, Adams-Hosking a déclaré « il y a des koalas partout et certains se portent bien. »

Le koala est en difficulté. Le taux d’extinction en Australie est le plus élevé au monde et les populations locales de koalas sont en train d’être effacées.

Il ne fait aucun doute que les koalas risquent de disparaître définitivement. Leur population a considérablement diminué au cours du siècle dernier. La récente vague de feux de brousse joue un rôle dans cette diminution, mais leurs diminutions a d’autres origines. La chasse, dans les années 1920, a tué des centaines de milliers de koalas. L’urbanisation a coupé les diverses populations les unes des autres, réduisant leur diversité génétique et les rendant plus vulnérables aux maladies.

Oui, le koala est menacé. Oui, le changement climatique a un impact énorme sur ces animaux sans défense. Oui, les Australiens doivent faire plus pour assurer leur survie. Mais exagérer les revendications de la disparition de l’espèce n’est pas la voie à suivre.

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*