Une start-up de skateboard électrique est à vendre et tous les employés ont été licenciés

Inboard

Inboard Technology, une start-up de skateboard électrique basée à Santa Cruz, en Californie, collabore avec une société de liquidation pour céder sa propriété intellectuelle et ses actifs, a appris Crumpe. Les 24 employés, dont la plupart étaient situés au siège de la société à Santa Cruz, en Californie, ont été licenciés.

La start-up était l’un des concurrents les plus en vue de Boosted, la plus grande société de planches à roulettes électriques. L’année dernière, Inboard avait annoncé son intention de pénétrer le marché des scooters électriques. Une poussée qui semble avoir voué à l’échec.

Le fondateur (et ancien PDG), Ryan Evans, a déclaré que son équipe avait verrouillé “une très grosse commande” à “l’un des plus grands opérateurs de scooters européens”, ce qui explique pourquoi l’entreprise ne vendait ses scooters directement aux consommateurs plus tôt cette année. Mais Evans a déclaré que le calendrier de développement du scooter électronique d’Inboard avait “prolongé” sa piste financière, qui a récemment nécessité un investissement de 8 millions de dollars en 2017.

INBOARD ÉTAIT LE PRINCIPAL CONCURRENT DE BOOSTED DANS LES SKATEBOARDS ÉLECTRIQUES

Evans a déclaré qu’il avait reçu de “multiples assurances” que les principaux investisseurs d’Inboard comptaient rendre Inboard le principal acteur des scooters électriques, à condition que celle-ci atteigne des “objectifs clés”. Mais Evans a déclaré que les investisseurs avaient finalement décidé de mettre Inboard en liquidation, malgré la réalisation de ces objectifs.

Cette décision a été un “choc”, a déclaré Evans, une décision qui a laissé à Inboard “peu de temps et peu d’options”. Le 2 octobre, le conseil d’administration de la startup a signé un accord intitulé “cession au profit des créanciers” avec le cabinet de liquidation Sherwood Partners, qui a depuis pris le contrôle des actifs restants d’Inboard. Depuis lors, le site Web d’Inboard a été supprimé et les canaux de service à la clientèle seraient également devenus sombres.

Jeudi, les clients, les partenaires commerciaux et toute autre personne ayant effectué des transactions avec Inboard au cours des dernières années ont reçu un e-mail dense (signé par le co-président de Sherwood Partners, Michael A. Maidy) demandant une preuve de toute dette de la startup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*