Des scientifiques chinois ont créé des «porcs singes» en ajoutant des cellules de primates à des embryons de porcs

porcs singes

S’il y a une chose que les films de science-fiction nous ont appris au cours ds années, c’est que combiner un animal avec un autre animal se termine presque toujours mal. Les scientifiques en Chine n’essaient pas de créer des monstres mutants, mais ils ont réussi à créer des bébés cochons avec des cellules de singe. Oui, vous avez bien lu.

Comme le rapporte NewScientist, une équipe de chercheurs du State Key Laboratory of Stem Cell and Reproductive Biology de Beijing (pas facile à lire je sais) a entrepris de créer les premières chimères porc-singe. Une chimère est un organisme qui comprend des cellules vivantes de différents génotypes. En termes simples, les chercheurs ont ajouté des cellules de singe aux embryons de porcs, ont permis aux porcs femelles matures de porter ces embryons à terme, puis ont observé les porcelets résultants.


Recommandés:


L’équipe a travaillé avec plus de 4 000 embryons, tous implantés chez des truies. De ces milliers d’embryons, seulement dix d’entre eux ont entraîné une grossesse qui a été menée à terme. L’apparence des porcelets est restée largement inchangée, mais les scientifiques ont pu observer des cellules de singe. Sur les dix porcelets, deux seulement étaient en fait des chimères. Les deux porcelets sont morts dans la semaine suivant leur naissance. Leur cause de décès n’a pas été déterminée.

Cela peut sembler assez sombre et, pour être honnête, un peu effrayant, mais l’objectif de la recherche est en fait plutôt intéressant. Les scientifiques cherchent à développer des organes humains chez les porcs. L’idée est que, avec les listes d’attente pour les transplantations d’organes faisant des morts dans le monde entier, les organes humains prêts à l’emploi cultivés chez le porc pourraient offrir une solution.

Sauver des vies humaines est une grande chose, bien sûr, mais élever des porcs farcis de tripes humaines uniquement pour les tuer et récolter leurs entrailles soulève de sérieuses préoccupations éthiques. Néanmoins, le travail continue et même si la mort des deux porcelets (et le faible taux de réussite dans la création des chimères) est un revers, ce n’est probablement pas la dernière fois que nous entendrons parler du projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*