Genius poursuit Google pour des paroles de chansons prétendument volées

Google

Le site web de Lyrics, Genius, poursuit Google en justice, affirmant que la société continue de copier en toute connaissance de cause les paroles de ses chansons et de les utiliser dans les résultats de recherche. Genius allègue également que les pratiques de Google sont anticoncurrentielles et réclame plus de 400 millions de dollars de dommages et intérêts de la part de Google et de son partenaire.

Google affiche les paroles des chansons fournies par les partenaires en réponse à certaines requêtes de recherche. Plus tôt cette année, Genius a allégué que, dans certains cas, ces paroles avaient été copiées de son site Web, ce qu’elle avait été en mesure de suivre grâce à un système intelligent de filigrane. Genius poursuit maintenant Google et un partenaire, LyricFind, pour les paroles prétendument copiées, les accusant d’enfreindre ses conditions de service.

La plainte, déposée à Brooklyn, New York, le 3 décembre, indique que le comportement de Google non seulement enfreint les termes de son contrat de service, mais qu’il profite également des «dix ans et des dizaines de millions de dollars» dépensés par Genius pour développer son activité et sa base de données, et donc cela équivaut à une concurrence déloyale.

GENIUS A PU SUIVRE SES PAROLES EN UTILISANT DES APOSTROPHES

En plus des dommages-intérêts, Genius affirme avoir droit à une injonction permanente contre LyricFind, “interdisant le détournement continu du contenu de son site Web, y compris la licence de ce contenu à des tiers, tels que Google”.

Genius, une plate-forme que les fans de musique peuvent utiliser pour rechercher des paroles, indique que Google copie ses paroles depuis des années. En juin 2019, le Wall Street Journal a obtenu une lettre écrite par Genius à Google en avril, l’avertissant qu’il avait enfreint les conditions d’utilisation du site et que la réutilisation des paroles violait la loi antitrust.

Le site utilisait une astuce de filigrane qui consistait à alterner des apostrophes droites et courbes pour prouver que Google utilisait ses paroles au lieu de générer les siennes. Google a répondu en précisant qu’il concédait sous licence les paroles de chansons de différentes sources, notamment LyricFind. Il a ensuite demandé à LyricFind “d’étudier le problème afin de s’assurer qu’ils suivaient les meilleures pratiques du secteur dans leur approche”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*