Une mère passible de 7 ans de prison pour injection de matières fécales dans l’hôpital IV de son fils

Une mère passible de 7 ans de prison pour injection de matières fécales dans l'hôpital IV de son fils

Une mère de l’Indiana a été condamnée à sept ans de prison pour avoir injecté des matières fécales dans la poche intraveineuse de son fils.

Tiffany Alberts purgera également cinq ans de probation après son emprisonnement, rapporte CNN. Alberts a été reconnue coupable de six chefs de batterie aggravée et d’un chef de négligence lors de son procès en septembre. Elle n’a pas été reconnue coupable d’une tentative de meurtre, selon les archives judiciaires.

La mère a été arrêtée et inculpée en 2016 après avoir utilisé une seringue pour introduire des excréments dans l’IV de son fils de 15 ans alors qu’il suivait des traitements contre le cancer dans un hôpital à Indianapolis. Ses actions l’ont délibérément placé «dans une situation qui mettait en danger la vie ou la santé de la personne à charge», selon les documents judiciaires.

Alberts a déclaré qu’elle avait injecté la seringue parce qu’elle voulait que son fils déménage des soins intensifs dans une autre unité de l’hôpital, où elle pensait que “le traitement était meilleur”, selon les documents du tribunal. Son fils suivait un traitement contre la leucémie depuis août 2016 à l’hôpital. Il a été libéré puis est revenu quelques jours plus tard, en septembre 2016, avec de la fièvre, des vomissements et de la diarrhée, selon le rapport.


Recommandés:


Des analyses de sang ont montré que le garçon avait ramassé des organismes habituellement trouvés dans les matières fécales, ce qui a entraîné une infection bactérienne et une septicémie. Les médecins n’ont pas pu expliquer comment cela s’était produit. En supposant que quelqu’un a pu entacher les lignes IV du garçon, le personnel de l’hôpital a mis en place un système de vidéosurveillance. Ils ont finalement vu la mère injecter une substance dans sa ligne centrale.

Les autorités ont déclaré qu’Alberts leur avait d’abord dit qu’elle insérait de l’eau pour «la vider pendant que le médicament qui lui avait été donné brûlait». Cependant, elle a admis plus tard qu’elle avait injecté les matières fécales de son fils, qu’elle a stockées dans un sac cadeau sur le lavabo dans sa chambre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*