Anrich Nortje est le seul point lumineux alors que la série de coups de langue de l’Afrique du Sud est blessée


Après un début de campagne enthousiasmant avec une victoire mémorable au Centurion, le manque de profondeur au bâton et de pénétration des quilles en Afrique du Sud a été impitoyablement exposé dans un trio de défaites au Cap, à Port Elizabeth et aux Wanderers. Un homme, cependant, a montré qu’il se battait avec le ballon et la batte pour faire allusion à un avenir plus prometteur. Voici leurs notes sur dix.

9

> Anrich Nortje (18 guichets au 27.11, 77 tirages à 11.00)
La découverte de la série par l’Afrique du Sud s’est terminée comme le meilleur détenteur de guichet au classement général, devant le fer de lance de sa propre équipe, Kagiso Rabada et l’Anglais Stuart Broad. Nortje a joué à un rythme constamment élevé dans les années 140 supérieures au cours des quatre tests, a utilisé la balle courte à bon escient et a montré une capacité à délivrer de longs sorts créant de la pression, ce qui augure bien pour l’avenir de l’attaque de l’Afrique du Sud. Il a récolté son premier butin de cinq portillons chez les Wanderers et a également participé à deux longues veillées en tant que veilleur de nuit, dont l’une lui a donné son meilleur score au test de 40 et faisait partie d’un partenariat gagnant au SuperSport Park.

7,5

> Quinton de Kock (380 runs à 47,50, 4 fifties, 23 captures)
Une classe au-dessus du reste des batteurs d’Afrique du Sud, de Kock a terminé en tant que meilleur buteur des deux équipes, avec 56 points d’avance sur Dom Sibley et a marqué un demi-siècle à chaque essai. De Kock semblait opérer sur des surfaces différentes des autres, a porté l’attaque aux quilleurs de l’opposition et a marqué rapidement. Ce dont il a besoin maintenant, c’est de développer le nous pour changer de vitesse et jouer le long jeu en battant le temps, ce qui l’aidera à convertir ses années cinquante en centaines à un meilleur rythme. Son travail derrière les moignons était bien rangé, mis à part les occasions où il plongeait devant le premier slip et les chances capturables devenaient mendiantes. En tant que nouveau capitaine de l’ODI en Afrique du Sud et capitaine d’essai en attente, de Kock a montré qu’il avait la forme pour assumer plus de responsabilités.

6.5

> Rassie van der Dussen (274 pistes à 34,25, 3 cinquantaines)
Van der Dussen a connu une première série satisfaisante où il a fait preuve de sang-froid et de maturité dans une formation de frappeurs manquant cruellement d’expérience. Il a marqué la cinquantaine dans trois des quatre tests, y compris le partage d’un partenariat gagnant dans Centurion et la chute de deux points avant un siècle inaugural chez les Wanderers. Plus impressionnant encore, il a bien fait de passer du n ° 5, où il a joué les trois premiers tests, au n ° 3 de la finale, où il a réalisé un record en carrière de 98. Sa polyvalence a donné à l’Afrique du Sud les meilleures options de commande pour le futur. Bien qu’il ait perdu trois prises, il en a pris huit et s’est révélé être un voltigeur compétent.

6

> Keshav Maharaj (10 guichets à 46h30, 94 pistes à 14,66, 1 cinquante)
Chargé de la tâche souvent ingrate de retarder une fin, Maharaj a bouleversé plus de dépassements que quiconque malgré son banc de touche pour le match final, et a surtout réussi dans son rôle de confinement. À Newlands, en particulier, il a permis aux rapides sud-africains de tourner tout en gardant les descentes, mais dans les trois matches, il a lutté contre Ben Stokes. Après avoir joué un short irréfléchi au début de la série, Maharaj s’est couché quand il était trop tard à Port Elizabeth et a marqué un deuxième essai libre d’un demi-siècle pour montrer à nouveau qu’il a quelque chose à offrir avec la batte.

5.5

> Kagiso Rabada (14 guichets à 28,92)
Un quatrième point d’inaptitude sur une période de 24 mois a signifié que la série de Rabada a été détruite par son interdiction de la finale aux Wanderers et a mis en évidence ses problèmes disciplinaires persistants, qui lui ont fait manquer un deuxième test en moins de trois ans. Pourtant, Rabada reste le porte-affiche de l’Afrique du Sud et a été leur principal guichetier jusqu’à sa suspension. Il a montré un aperçu de son meilleur à SuperSport Park, où il a pris sept guichets dans le match. Son licenciement de Joe Root à Port Elizabeth, où sa célébration a enfreint le Code de conduite de la CPI, a révélé à la fois à quel point il apprécie les gros guichets et à quel point le fardeau pesant sur lui a été dans une attaque qui n’a pas la morsure de l’ancien.

> Beuran Hendricks (6 guichets au 29.16)
La recherche de variation de l’Afrique du Sud, en particulier maintenant que Vernon Philander a pris sa retraite, a peut-être trouvé une réponse dans le bras gauche Hendricks. Sur son terrain natal, les Wanderers, il a été assez impressionnant au début, surtout dans les deuxièmes manches où il a pris 5 pour 64. Hendricks a suffisamment d’expérience domestique pour avoir acquis une bonne compréhension de son jeu, et comment varier ses longueurs, et pourrait être un melon pratique pour que l’Afrique du Sud reste.

> Dwaine Pretorius (7 guichets à 36,00, 83 pistes à 13,83)
Un polyvalent fiable, qui offre une cohérence avec le ballon et un stoïcisme avec la batte, Pretorius a eu une première série décente sans rien offrir d’exceptionnel. Son taux d’économie de 3,15 parle du rôle de confinement que l’Afrique du Sud cherchait à remplir avec un quatrième sertisseur, et il a joué un rôle dans certains partenariats importants d’ordre inférieur. Que Pretorius ait toutes les compétences pour réussir Philander est douteux, mais l’Afrique du Sud l’a jugé suffisamment important pour l’empêcher de signer un accord avec Kolpak à la veille de la série, nous pouvons donc nous attendre à le voir plus à l’avenir.

> Pieter Malan (156 pistes à 26,00)
Un début résolu lors de ses débuts, où Malan a marqué 84 points dans les deuxièmes manches à Newlands, a cédé la place à deux derniers tests oubliables. Malan a été absent deux fois pour les filateurs à Port Elizabeth, a obtenu une bonne balle de Mark Wood en première place chez les Wanderers et a ensuite joué un coup de zéro contre Chris Woakes dans les deuxièmes manches. Dans l’ensemble, il semblerait que Malan ait gaspillé l’occasion d’avoir une longue période dans l’équipe de test, en particulier avec l’Afrique du Sud désespérée de trouver un partenaire permanent pour Dean Elgar. Sur l’évidence de cette série, Malan ne l’est pas.

> Dean Elgar (244 pistes @ 30,50, 1 cinquante)
Elgar a échappé à un certain degré de contrôle, car l’autre extrémité du partenariat d’ouverture a été si problématique, mais il ne faudra pas longtemps avant que les projecteurs se tournent vers lui. Bien qu’il ait marqué 88 au Cap, le coup qu’il a joué pour être écarté (une tonte à mi-parcours contre Dom Bess que Elgar a décrit comme un “brainfart”) était un microcosme pour une grave lacune dans son jeu. Les sélections de coups d’Elgar n’étaient pas celles d’un joueur senior – de son jeu à Port Elizabeth jusqu’à lui lancer une balle courte et large droit au point puis tirer comme un n ° 8 à Johannesburg – et souligner ce qui est devenu une période problématique dans sa carrière. L’Afrique du Sud a besoin de joueurs de la race d’Elgar pour faire mieux et dans l’ensemble, il a eu une série décevante.

4.5

> Vernon Philander (8 guichets à 26,62, 160 pistes à 22,85)
Philander s’est incliné avec l’Afrique du Sud à un niveau record mais au bon moment pour lui-même. Bien que son 4 pour 16 à SuperSport Park donnait l’impression qu’il lui restait encore des années, une performance décevante à Port Elizabeth, où il est allé sans guichet et n’a joué que 16 overs, a clairement indiqué que son temps était écoulé. Il a terminé 10e sur la liste globale des portiers de la série. Lors de sa dernière sortie, Philander a pris deux guichets dans les premiers tours de batte puis a fait descendre neuf livraisons dans la seconde avant de lui déchirer les ischio-jambiers. Il a également été condamné à une amende de 15 pour cent de ses frais de match pour avoir donné à Jos Buttler une expulsion et 60 pour cent supplémentaires dans le cadre de la pénalité pour ralentissement en Afrique du Sud. Philander a de nouveau montré avec la batte qu’il avait ce qu’il fallait pour contribuer davantage à la composition, et il pourrait considérer cela comme un potentiel non réalisé.

3,5

> Dane Paterson (4 guichets à 41,50)
Sa performance de nouveau ballon à Port Elizabeth peut être décrite comme plate, ce qui n’a pas donné à Paterson le meilleur départ pour sa carrière de testeur. Un juge honnête, Paterson ne semble pas assez rapide pour mériter une place dans l’attaque à long terme, à moins qu’il ne puisse apporter certaines de ses autres compétences dont on parle beaucoup à la table. Au niveau national, Paterson est connu pour déplacer le ballon hors de la couture et est vanté pour sa précision, dont nous avons vu certains dans le deuxième coup sûr chez les Wanderers.

> Faf du Plessis (151 pistes à 18,87)
Dans ce qui pourrait s’avérer être sa dernière série, du Plessis était sous une immense pression et ça se voit. Sa mauvaise forme de la série indienne a saigné dans celui-ci et il a obtenu le meilleur score avec 36, ce qui en fait un an et 11 manches depuis la dernière fois qu’il a marqué un demi-siècle. Habituellement, du Plessis a dû cacher une forme médiocre derrière un leadership fort, mais même cela l’a laissé tomber. Son rôle de capitaine dans les premières manches à Port Elizabeth et pendant le partenariat du dixième guichet dans les premières manches à Wanderers lui a donné un aspect stratégique et n’a fait que poser des questions sur son avenir. Les manières médiatiques habituellement agréables de Du Plessis sont devenues visiblement tendues à mesure que les matchs avançaient, et il a décroché une troisième défaite consécutive en série.

> Zubayr Hamza (78 pistes à 13h00)
Un 39 accrocheur au SuperSport Park a suggéré que Hamza a la technique pour devenir un solide numéro 3 pour l’Afrique du Sud, mais peut-être pas encore tout à fait. Il semblait timide contre les longueurs taquines au Cap et visiblement peur de la balle courte à Port Elizabeth, où Mark Wood avait son numéro. Hamza a été exclu du test de Johannesburg et devra trouver une forme au niveau national avant de pouvoir être reconsidéré.

3

> Temba Bavuma (33 pistes à 16,50)
L’homme le plus parlé de la série, surtout lorsqu’il n’était pas là, Bavuma n’a pas pu répéter l’héroïque d’il y a quatre ans, quand il a marqué son seul Test cent à ce jour contre l’Angleterre. Mais il a néanmoins dominé la conversation. Il a été blessé pour le premier match et a chuté pour les deux suivants, mais a fait un meilleur record en carrière de 180 pour se frayer un chemin pour la finale. Il a été absent pendant 6 dans les premières manches mais a frappé un positif de 27 hors 29 balles dans la seconde avant de recevoir un reniflement de Stuart Broad. Curieusement, les médias sociaux de Bavuma au cours des quatre dernières semaines ont suggéré qu’il se sent dur et a un point à prouver. Maintenant, nous devons attendre qu’il le fasse.

2

> Aiden Markram (22 pistes à 11)
Après s’être remis d’une main cassée (le résultat d’un coup de poing dans le vestiaire pendant la tournée en Inde), Markram a été étranglé le long de la jambe pendant 20 à Centurion, puis frappé sur les coussinets pendant 2 avant de se fracturer un doigt et d’être jugé dehors pour le reste de la série. La blessure n’est pas de sa faute mais son manque de forme est préoccupant. Markram n’a pas marqué cinquante en sept manches et a marqué un siècle plus tôt il y a près de deux ans. L’Afrique du Sud a de grands projets pour lui mais ils ne peuvent pas être réalisés si sa trajectoire continue comme ça.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*