Berlin lance la saison de l’Euro Festival avec 33% de femmes en compétition – Date limite


La programmation de la compétition de la Berlinale de ce matin présentait 33% de films (six sur 18) avec des femmes réalisatrices, dont un projet, DAU. Natasha, co-réalisé par un homme et une femme (Ilya Khrzhanovskiy et Jekaterina Oertel).

C’est une baisse par rapport au pourcentage de 41% de l’année dernière, lorsque sept des 17 photos sélectionnées provenaient de cinéastes (le chiffre est de sept sur 16, 44%, si vous ne comptez pas celui de Zhang Yimou). Une seconde, qui a été retiré avant sa projection).

Pourtant, le festival de Berlin continue de se comparer favorablement aux autres grands festivals européens. En 2019, Venise n’a présenté que deux femmes réalisatrices des 21 films de sa Compétition (moins de 10%), tandis que Cannes en a sélectionné quatre sur 21 (19%).

Les deux seuls films de la programmation qui ne sont pas présentés en première mondiale sont des femmes: le drame Sundance d’Eliza Hittman bien accueilli Jamais Rarement Parfois Toujours et le titre de Kelly Reichardt Telluride et New York Film Festival Première vache. Cela soulève au moins une question sur le nombre de soumissions en première mondiale que les sélecteurs ont reçues de réalisatrices reconnues.

“Six films réalisés par des cinéastes ne sont pas 50/50, mais c’est une bonne voie pour atteindre 50/50”, a commenté le nouveau directeur artistique de Berlin Carlo Chatrian au presseur de ce matin. “La principale chose importante à propos de 50/50 est de sensibiliser.”

«Nous avons certaines sections où la présence de femmes est plus élevée», a-t-il noté. Le volet Générations du festival, son programme axé sur les jeunes, a sélectionné 58% de réalisatrices dans des courts métrages et des longs métrages. La sélection de coproductions du Marché du film européen compte également une majorité de réalisatrices parmi ses projets cette année.

Cependant, Chatrian a également souligné que «les principaux critères [for the selectors] est la qualité artistique du film »et a ajouté que« le film est un processus collectif et pas seulement le réalisateur ».

Berlin n’a pas encore publié les chiffres concernant le nombre de soumissions de films reçues par des femmes – c’est une statistique révélatrice car elle révèle ce avec quoi l’équipe a dû jouer.

Le festival s’est toutefois engagé l’an dernier à respecter l’engagement de parité hommes-femmes 50/50 d’ici 2020, qui garantit qu’il collectera et publiera des données transparentes sur son processus de sélection. L’engagement ne consiste pas en des quotas de genre, mais met en lumière la garantie d’une parité entre les sexes dans l’organisation elle-même.

Venise et Cannes ont toutes deux signé l’engagement en 2018, et bien que leur nombre de concurrents en 2019 ne soit pas trop impressionnant en termes de représentation des sexes, ils se sont tous deux améliorés par rapport à l’année précédente. Seul le temps nous dira quel genre de progrès est réalisé lors de ces événements en 2020.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*