Cardpocalypse déchire le livre de règles du jeu de cartes

Les règles d’un jeu vidéo ne sont jamais énoncées comme elles le sont explicitement dans un jeu de cartes. Les statistiques et les chiffres sous-jacents à chacun de vos mouvements sont affichés, votre deck doit être équilibré, vos forces et vos faiblesses prises en compte, vos modificateurs et effets bonus prêts à être empilés. 

Cardpocalypse, le jeu de cartes de style des années 90 de Gambrinous (Guild of Dungeoneering) et VersusEvil, comprend ces règles, mais déconne ensuite avec elles d’une manière digne de son environnement scolaire élémentaire espiègle. 

À première vue, Cardpocalypse est un jeu de cartes addictif mais accessible impliquant Power Pets (pensez à Pokemon avec une touche de science-fiction). Chaque deck est dirigé par une carte «Champion», qui commence la bataille avec 30 points de vie. 

Vous accumulez des quantités croissantes de nourriture à chaque tour, que vous utilisez ensuite pour jouer des cartes de sbires et de mutations à partir de votre deck de 20 joueurs. Les sbires sont des familiers extensibles capables d’extirper et d’absorber les dégâts, tandis que les mutations donnent divers bonus à votre champion et à vos sbires.

Obtenez la santé du champion ennemi à 0 et vous gagnez le match.

Il y a des dizaines de Power Pets à collectionner, et ils sont divisés en quatre factions distinctes: les Pipsqweaks, les Woofians canins, les Meowtants félins, les Sinnisers reptiliens et les Pipsqweaks murins (c’est de la souris, pour vous les novices adjectifs). Chaque faction a son propre style de jeu, et vos decks seront constitués de cartes neutres qui peuvent être utilisées à travers les factions ainsi que des cartes spécifiques aux factions. 

Comme pour tout jeu de cartes, Cardpocalypse encourage l’expérimentation de deck, mais il va plus loin avec une toute nouvelle méta-couche de mécanique. Ce n’est pas seulement un jeu de batailles de cartes, c’est un jeu de personnalisation sérieuse.

Vous pouvez, par exemple, créer vos propres serviteurs à partir de zéro en utilisant des cartes vierges spéciales. Ceux-ci vous permettent de briser différentes parties du corps, d’appliquer différents bonus, puis de griffonner votre création sur une carte (dans un style dessiné à la main avec charme).

Ensuite, vous pouvez collecter des autocollants pour vos cartes de sbires, augmentant leur santé et leurs statistiques d’attaque. Les autocollants peuvent également conférer des capacités supplémentaires comme Defender, qui protège votre champion contre les attaques, et Lethal, qui détruit instantanément toute carte ennemie avec laquelle il entre en contact. N’oubliez pas que vous ne pouvez ajouter qu’un seul de chaque type d’autocollant – santé, attaque, nourriture, renommer, faction et mot-clé – à une carte, vous devez donc être tactique et sélectif sur la façon dont vous les appliquez.

Ce n’est pas tout. Dans la torsion qui déchire littéralement le livre de règles et souille tout ce qui est sacro-saint dans les jeux de cartes, Cardpocalypse vous permet d’extraire les cartes en deux, combinant différents déclencheurs avec différents effets pour créer de nouvelles cartes de mutation incroyablement puissantes. 

Là où dans n’importe quel autre jeu de cartes ce genre de folie briserait le jeu (et ferait braver les hommes et les femmes adultes sur leurs cartes déchiquetées), dans Cardpocalypse, tout cela fait partie du jeu.

Au-delà de l’action tactique tendue des batailles de cartes, Cardpocalypse a également un mode histoire brillant [lien vers un autre publireportage de Cardpocalypse], vous faisant passer pour une nouvelle fille à l’école qui a le double risque de s’intégrer et d’aider à combattre une apocalypse imminente en utilisant le pouvoir des cartes. 

Dans un genre défini par des règles rigides, Cardpocalypse se démarque en faisant de la rupture des règles le point entier!

Alors sortez et repoussez le Cardpocalypse en  récupérant le jeu dans l’Epic Store  (une sortie Steam est prévue en 2020).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*