Halep et Muguruza clôturent les tours du chapeau en quart de finale de l’Open d’Australie

Melbourne (AFP) – Simona Halep et Garbine Muguruza poursuivent chacun un triplé des titres du Grand Chelem alors qu’ils se dirigent vers les quarts de finale de mercredi lors d’un Open d’Australie où la plupart des meilleures têtes de série sont tombées au bord du chemin.

Serena Williams, championne de l’histoire, et Naomi Osaka, championne en titre, étaient en tête parmi six des dix premières têtes de série féminines qui ont chuté au troisième tour.

Après la tête de série Ashleigh Barty, Halep est la tête de série restante la plus élevée à quatre et est à plein régime, ne perdant pas un set en atteignant les huit derniers.

Malgré plusieurs chocs à Melbourne, Halep devrait vaincre la 28e tête de série Anett Kontaveit d’Estonie et l’entraîneur roumain a déclaré qu’elle avait appris à mieux contrôler ses émotions.

“Elle est toujours aussi stressée sur le terrain qu’elle l’est toujours, mais elle apprend à y faire face et à le gérer”, a expliqué l’Australien Darren Cahill.

Halep, la finaliste battue de 2018, a trouvé une nouvelle façon d’essayer de se contrôler.

Tous les as des joueurs de l’Open d’Australie gagnent un don à un fonds de secours pour les feux de brousse, mais Halep a promis de donner 200 $ à chaque fois qu’elle réprimande Cahill lors d’un match.

Cahill, qui explique combien Halep doit, voit un autre changement chez Halep, 28 ans, qui a remporté l’Open de France en 2018 et Wimbledon l’année dernière.

“Ce dont je suis le plus fier, c’est le combat qu’elle mène quand certaines choses vont contre elle”, a-t-il déclaré.

“C’est le grand changement en elle que j’ai vu au cours des deux ou trois dernières années.”

– «Elle a confiance» –

Comme Halep, Muguruza, 26 ans, a également remporté l’Open de France et Wimbledon, en 2016 et 2017 respectivement.

Mais elle est allée dans la direction opposée à Halep, qui devrait passer d’une place à deux dans le classement mondial la semaine prochaine.

Muguruza, comme Halep, un ancien numéro un, est désormais à la 32e place mondiale.

Mais avec son compatriote espagnole Conchita Martinez de retour comme entraîneur en novembre, elle revient enfin en forme.

C’est avec Martinez – la première Espagnole à remporter Wimbledon, en 1994 – dans son coin que Muguruza a triomphé à Wimbledon.

Muguruza est arrivée à Melbourne avec un virus et a perdu le premier set de son premier match 6-0 contre le qualifié américain Shelby Rogers.

Mais elle a remporté les deux sets suivants 6-1, 6-0 et, lundi dernier, a écarté la neuvième tête de série Kiki Bertens 6-3, 6-3.

Muguruza affrontera Anastasia Pavlyuchenkova, 30e tête de série en quarts de finale – pour la troisième fois en quatre ans, le Russe a atteint les huit dernières. Elle n’est jamais allée plus loin.

Martinez, 47 ans, tente de modérer les attentes de ce qu’elle et Muguruza peuvent accomplir ensemble.

Mais elle a dit: “J’ai l’impression que la pré-saison a été très, très bonne.

“Il y avait vraiment beaucoup de temps pour travailler sur des choses, sur des choses qui étaient nécessaires. Je pense que les résultats sont là.”

Cela inclut encourager Muguruza à être agressive, “finir beaucoup au filet”, mais aussi travailler sur le côté mental de son jeu.

“Non seulement l’entraînement … l’expérience en tant que joueur, la partie mentale, j’ai vécu cela et bien d’autres choses”, a déclaré Martinez.

“Nous parlons beaucoup, mais nous nous comprenons.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*