«Ils m’appelaient panda, maintenant ils ont commencé à m’appeler macho»


> Sarfaraz Khan n’a que 22 ans, mais il est en marge du cricket domestique depuis une demi-décennie. Beaucoup pensaient qu’il serait la prochaine merveille du garçon, mais son manque perçu de forme physique l’a fait reculer. Ensuite, il est passé de Mumbai à Uttar Pradesh pour de “meilleures opportunités”, seulement pour voir sa carrière ralentir. Puis, des blessures l’ont fait reculer d’un an.

Maintenant, après avoir passé une période de réflexion à son retour à Mumbai, un monteur Sarfaraz cherche à nouveau à marquer les 41 fois champions. Fraîchement sorti d’un triple siècle lors de sa précédente sortie contre l’Uttar Pradesh – ce n’était que son deuxième siècle de première classe – Sarfaraz a parlé à ESPNcricinfo du temps passé en marge, du rêve de jouer à nouveau pour Mumbai, des améliorations qu’il a dû apporter et bien plus encore. plus. Extraits:

Comment vous sentez-vous de jouer à nouveau pour Mumbai?

C’est un sentiment de fierté de revenir et de rejoindre également le club du triple siècle de Mumbai, aux côtés de grands joueurs comme Sachin Tendulkar, Sunil Gavaskar, Wasim Jaffer et Rohit Sharma. Je suis un peu soulagé, plus que ravi, car ma saison a commencé tard. Je n’ai pas eu d’opportunités dans le Trophée Vijay Hazare et très peu d’occasions dans le Trophée Syed Mushtaq Ali. Il y avait cette peur dans mon esprit que la moitié de la saison se soit terminée et que je n’avais encore eu aucun impact. Ce triple siècle est donc arrivé au bon moment.

Craigniez-vous de ne pas avoir à nouveau le temps de jouer cette saison?

J’ai été exclu du jeu Baroda. Puis avant le deuxième match, j’ai été envoyé pour jouer à Mumbai Under-23, où j’en ai fait 40 dans les premières manches et un siècle dans la seconde. Puis je suis revenu pour le match du Karnataka. Faire 71 pas en deuxième manche contre une attaque de qualité m’a redonné confiance en moi, car à quel point vous êtes confiant, à moins que vous n’ayez des scores pour le sauvegarder, cela n’aidera pas. En entrant dans le jeu précédent, je connaissais bien les joueurs de l’Uttar Pradesh, car j’ai joué avec beaucoup d’entre eux. Donc marquer contre eux et surtout aider Mumbai à prendre les devants était très satisfaisant.

Comment avez-vous canalisé la frustration de s’asseoir pendant la période de refroidissement à Mumbai?

Les deux dernières années ont été très frustrantes. Il y avait beaucoup de points d’interrogation sur moi. Je me posais des questions. Je ne mentirai pas. Tout le monde pensait que je n’étais qu’un joueur de balle blanche. Au fond, je savais que j’étais aussi un assez bon joueur de ballon rouge, mais je n’avais pas trop d’occasions de le prouver. Une saison, je me suis assis dans l’Uttar Pradesh. Ensuite, j’ai dû servir une période de réflexion à Mumbai, alors j’ai utilisé le temps pour travailler sur mon jeu.

J’avais l’habitude de jouer sur les guichets de couture, mon père n’arrêtait pas de me lancer des balles et j’étais uniquement concentré sur la sortie du ballon. Plus tôt, je jouais instinctivement la coupe supérieure aux balles courtes même s’il y avait un troisième homme. C’est devenu une habitude. Mais j’ai essayé de découper tous ces aspects pour discipliner mon jeu. Dans le match contre l’Uttar Pradesh, il y avait des moments où ils continuaient à jouer aux boules courtes. Le vieux moi aurait essayé de faire monter le ballon. Ici, j’ai continué à m’échapper parce que la situation l’exigeait.

Vous regardez en arrière et regrettez la décision de déménager dans l’Uttar Pradesh en 2015?

Quitter Mumbai était une mauvaise décision. Ce n’était pas le mien, mais celui de mon père. À cet âge, vous n’êtes pas assez mûr pour penser aux circonstances ou pour voir les choses différemment. Papa a estimé que c’était la meilleure façon d’avancer pour moi. Inutile de revenir sur la raison pour laquelle j’ai fait le pas. Mais quand j’ai déménagé, je n’arrêtais pas de penser: “Est-ce que je jouerai encore pour Mumbai?”. Parce que j’avais joué à tous les groupes d’âge ici, j’ai représenté l’Inde à la Coupe du monde des moins de 19 ans en 2014 en raison de mes performances pour Mumbai. Mais je me sentais comme un étranger, je n’ai eu aucune chance. Il y avait des perceptions autour de moi. Je ne pouvais pas m’en empêcher.

Qu’en est-il de la décision de revenir à Mumbai?

Quitter l’Uttar Pradesh et revenir était entièrement mon appel. Bien sûr, nous avons discuté des avantages et des inconvénients, j’ai décidé si je devais servir quelque temps, je ferais mieux de le faire maintenant que plus tard. Certaines personnes ont dit: «ce n’est peut-être pas le bon appel, parce que si vous vouliez tellement revenir, vous ne seriez jamais parti en premier lieu». Je suis content d’avoir pris l’appel. Cela n’a pas été facile même après mon retour, mais je ressens à nouveau le plaisir de jouer pour Mumbai. Cette crête et cette casquette, je l’avais gardé en sécurité dans un magasin lorsque je suis parti pour l’Uttar Pradesh. C’était un sentiment de fierté de le porter à nouveau au moment où je pouvais jouer à nouveau.

target = “_ blank”> 46 not out. Contre les Super Kings de Chennai, target = “_ blank”> J’ai fait 67. J’ai fait un objectif crucial = “_ blank”> 39 contre les Capitals de Delhi. En termes de coups, je marquais chaque fois que j’en avais l’occasion, même s’il ne s’agissait que de petites contributions. Cela m’a remonté le moral.

Comment planifiez-vous l’avenir, maintenant que vous jouez de nouveau pour Mumbai?

Pas d’objectifs, vraiment. [When] vous cherchez quelque chose et quand cela ne se produit pas, vous vous sentez déçu. Je veux juste travailler dur, m’entraîner, rester en forme et marquer des runs chaque fois que les opportunités se présentent. J’ai arrêté de trop penser ou d’avoir de grandes attentes. Je veux rattraper le temps perdu et bien faire chaque fois que l’occasion se présente.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*