Jabeur vise à «inspirer la génération» après la percée du tennis arabe

Melbourne (AFP) – La Tunisienne Ons Jabeur a déclaré qu’elle espérait inspirer les jeunes du monde arabophone après être devenue la première femme arabe à atteindre un quart de finale du Grand Chelem dimanche.

La joueuse de 25 ans sans tête de série a éliminé la Chinoise Wang Qiang, qui a bouleversé Serena Williams au tour précédent, 7-6 (7/4), 6-1 pour prolonger sa course de rêve à Melbourne.

Jabeur, la femme arabe la mieux classée de l’histoire – elle a atteint un sommet en carrière l’an dernier et est maintenant 78e – jouera ensuite contre l’Américaine Sofia Kenin dans les huit derniers.

“J’essaie d’inspirer de nombreuses (de) jeunes générations à la maison en Tunisie ou dans le monde arabe, en particulier en Afrique, ce qui est incroyable”, a déclaré Jabeur.

“Je veux dire, ce n’est pas impossible. Je l’ai fait. Comme je l’ai déjà dit, je pratique en Tunisie depuis l’âge de 3 à 16 ou 17 ans. Je suis 100% produit tunisien.”

La numéro un de l’Afrique, la première femme tunisienne à remporter un match nul à l’Open d’Australie, a déclaré qu’elle avait reçu des messages de personnes qui regardaient tôt le matin.

Selima Sfar est la seule autre tunisienne à avoir remporté un Grand Chelem après avoir atteint le deuxième tour à Wimbledon, Roland Garros et l’US Open dans les années 2000.

“Je reçois beaucoup de messages, en particulier des gens qui se réveillent à 5 heures du matin pour regarder mon match. Je suis vraiment fier”, a déclaré Jabeur.

“J’espère qu’ils pourront encore me regarder et suivre plus, pas seulement dans le Grand Chelem mais dans les autres tournois. Ce sera vraiment incroyable. J’espère vraiment pouvoir donner un bon exemple.”

Le succès de Jabeur n’a pas été facile – la Tunisie a traversé une période de bouleversements autour de la révolution de 2011, avec une sécurité précaire pendant un certain temps.

“C’était un peu difficile après la révolution. Ce n’était pas vraiment sûr à l’époque. Maintenant, tout, comme, est normal”, a déclaré Jabeur, qui sent maintenant qu’elle reçoit la récompense pour des années de dur labeur.

“J’ai appelé ma mère tout de suite. Elle était vraiment, vraiment heureuse. Elle recevait probablement beaucoup d’appels. Mon père aussi. Je pense qu’il pleurait, je ne sais pas”, a-t-elle dit.

«La famille, tout le monde était derrière moi. Ils ne pouvaient pas se rendormir, bien sûr. Mais je suis heureux d’avoir ce soutien parce que nous avons traversé des moments difficiles.

“Maintenant, ça porte enfin ses fruits.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*