Julia Louis-Dreyfus blague que sa culpabilité en a fait une militante pour le climat

PARK CITY, Utah – Julia Louis-Dreyfus aurait pu avoir recours à sa thérapeute pendant qu’elle discutait des changements climatiques au Sundance Film Festival.
L’ancienne star de “Veep”, qui a assisté au festival annuel pour promouvoir son nouveau film avec Will Ferrell, “Downhill”, parlait du problème des boutons chauds au NRDC Impact Lounge vendredi quand on lui a demandé pourquoi elle ressentait le besoin de changement d’effet.
“C’est une bonne question. Je dois y penser », a déclaré l’ancien de« Seinfeld ». “Je me demande si mon thérapeute est dans la chambre.”
L’humoriste de 59 ans, dont le mari, Brad Hall, était présent pour la soutenir, a également plaisanté en disant que sa conscience l’inspire.
«La culpabilité est une grande motivation pour moi», a-t-elle plaisanté, suscitant d’énormes rires de la foule.
Louis-Dreyfus a ajouté, plus sérieusement, “Je veux consacrer ma célébrité à quelque chose de valable.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*