La recette du succès des Bleus n’a pas changé dans la quête de la répétition de la Coupe


ST. LOUIS – Il y avait une chose sur laquelle Craig Berube voulait se concentrer lors de son premier camp d’entraînement à la tête des Bleus. Avec ses joueurs qui entrent en profondeur en juin pour gagner la Coupe Stanley, l’entraîneur-chef voulait garder ses entraînements courts. Après avoir joué 108 matchs la saison dernière, il était conscient des effets de deux mois supplémentaires de hockey.

Au lieu de patins plus longs pour éliminer la rouille estivale, Berube et son équipe les ont gardés courts, rapides et intenses.

Berube n’a pas non plus accordé d’attention particulière à la frappe d’un seul message: éviter la gueule de bois de la Coupe Stanley. Une courte saison morte qui a été l’occasion de célébrer le premier championnat de la franchise n’était pas l’une de ses principales préoccupations.

“Je ne pense pas que nous soyons allés dans un camp avec cet objectif”, a déclaré Berube à Crumpe Sport. «Nous sommes allés au camp avec la possibilité de recommencer, de patiner et de travailler. Je pensais que nos gars étaient en grande forme et je pensais que nous avions de très bonnes pratiques en camp d’entraînement. »

Patrick Maroon était le seul visage disparu de l’équipe vainqueur de la Coupe lors de l’ouverture du camp – était également un élément clé qui a aidé les Blues à un bon début de saison 2019-2020. (> Joel Edmundson a quitté la semaine plus tard dans un métier qui a amené Justin Faulk à Saint-Louis.)

Les Blues sont entrés dans la pause des All Star Game de la LNH avec 30 victoires en 49 matchs et le deuxième meilleur record en pourcentage de points (0,643) de la ligue. Leur plus gros dérapage s’est produit dès le départ avec des pertes dans cinq de leurs huit premiers matchs de la saison – dont trois en prolongation ou en fusillade. Cela a été suivi par une série de neuf victoires en 10 matchs, les plaçant sur la bonne voie pour une première moitié de domination dans la Conférence de l’Ouest. Sans oublier que le succès est venu sans les services de> Vladimir Tarasenko, qui n’a joué que 10 matchs et ne reviendra qu’en avril.

Les champions de la Coupe Stanley peuvent être la proie d’une gueule de bois au début de leur défense, mais cela n’a pas frappé les Bleus trop longtemps. Les 29 points gagnés lors de leurs 20 premiers matchs constituent le troisième meilleur départ pour tout champion en titre depuis 2006-07. Seuls les Red Wings 2008-09 (32 points) et les Blackhawks 2013-14 (29 points) ont connu de meilleurs départs.


Champions en titre de la Coupe Stanley à leurs 20 premiers matchs depuis la saison 2006-2007 de la LNH.

Plus

«Au cours de tout le processus de l’année dernière, de commencer par le point le plus bas et de remonter le chemin, de trouver notre identité, d’entrer dans les séries éliminatoires, de continuer à construire à partir de là, nous avons vraiment trouvé quelque chose en nous que nous savions comment transformer quand nous en avions besoin », a déclaré O’Reilly. «Cela s’est poursuivi cette année où nous savons que ce ne sera pas la même chose. Nous allons devoir faire cette chose différemment. Ça va être difficile parce que les équipes nous tirent dessus, mais nous devons juste trouver un moyen de toujours nous réinventer – retrouver notre identité, jouer fort, construire notre jeu à partir de là. Nous avons vraiment fait attention aux détails quand nous en avions besoin. »

Les Bleus sont passés du statut de chasseur à celui de chassé maintenant. Chaque équipe veut battre les champions en titre, en particulier leurs rivaux de la division centrale qui cherchent à rattraper leur retard dans la course aux séries éliminatoires. Berube a martelé le fait qu’ils ont des cibles sur le dos et la complaisance n’est pas une option. Ils ne veulent pas perdre une si bonne première mi-temps et ils comprennent qu’il reste encore beaucoup de hockey à jouer.

L’histoire continue

“Nous n’avons pas eu de matchs faciles. Nous ne l’avons vraiment pas », a déclaré Berube, qui a noté qu’il ne pensait pas du tout au-delà de la saison régulière. «Il y a eu des matchs difficiles, peu importe qui nous jouons, c’est toujours un match difficile. Je pense que nos gars ont adhéré à cela et ils le comprennent de plus en plus au fur et à mesure. Nous avons encore un long chemin à parcourir, nous avons beaucoup de hockey à jouer et nous allons devoir jouer un bon hockey. Tout le monde va se battre maintenant. Tout le monde va être appelé, se battre pour une place en séries éliminatoires, un positionnement, tout ça. Tous ces matchs dans la dernière ligne droite vont être difficiles. »

Les messages que Berube délivre chaque jour continuent de fonctionner. Il a repris une équipe en> nov. 2018 qui manquait de confiance, ce qu’il a souligné lors de sa conférence de presse d’ouverture. Lentement, le retournement a commencé et les joueurs ont acheté en grand temps. Comme nous le savons, cela a payé, il n’est donc pas surprenant que le succès se soit poursuivi cette saison. Le plan a été mis en place il y a longtemps et personne ne s’en est écarté. C’est pourquoi les Bleus sont une menace sérieuse à répéter.

“Ce qui a fonctionné pour lui l’année dernière fonctionne pour lui cette année”, a déclaré le capitaine des Blues> Alex Pietrangelo. «C’est à peu près la recette de tout notre groupe. Nous avons trouvé quelque chose qui fonctionne parfaitement avec le personnel d’entraîneurs et nous sommes restés avec. “

————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*