L’assistant de Kitty Green fait ses débuts en temps opportun – Aperçu de la spécialité – Crumpe


À l’ère de #MeToo, Time’s Up et une époque où les femmes sont traitées injustement sur le lieu de travail, L’assistant ne pourrait pas être publié à un moment plus pertinent – et le fait qu’il se déroule à Hollywood rend l’histoire aussi sur le nez.

Écrit et réalisé par Kitty Green et mettant en vedette l’indélébile Julie Garner, le drame suit un jour dans la vie de Jane (Garner), un récent diplômé universitaire qui espère devenir producteur de films. Elle a récemment décroché son emploi de rêve en tant qu’assistante junior d’un magnat du divertissement puissant (cela commence-t-il à vous sembler familier?) La majeure partie de sa journée est consacrée à ce que beaucoup attendent d’un emploi d’assistant: elle fait du café, commande le déjeuner, prend des messages téléphoniques, prend des messages, charge du papier dans la photocopieuse – c’est votre travail de base. Mais comme nous la voyons passer sa journée, elle commence à prendre note des abus qui l’entourent. Lorsqu’elle décide de prendre position, elle découvre qu’elle se rend compte de la véritable profondeur du système dans lequel elle est entrée.

Le film de Bleecker Street a fait ses débuts au Telluride Film Festival et a fait une impression calme mais forte avant sa projection au Sundance Film Festival la semaine dernière. L’assistant marque le premier long métrage de Green. Elle a créé son documentaire Casting JonBenet à Telluride en 2019, acclamé par la critique. Le film s’ouvre aujourd’hui à Los Angeles à l’Arclight Hollywood and Landmark et à New York à l’Angelika et Lincoln Square avec une extension à suivre.

Matthew Macfadyen, Makenzie Leigh, Kristine Froseth, Jon Orsini et Noah Robbins rejoignent Garner dans le film. Green produit aux côtés de Scott Macaulay, James Schamus, P. Jennifer Dana et Ross Jacobson.

Regardez la bande-annonce ci-dessous.

Sony Pictures Classics sortira le film de Marco Bellochio Le traître ce week-end aussi. Le drame, qui a débuté en Italie le 23 mai, était l’entrée officielle de l’Italie pour le long métrage international aux Oscars.

Le traître a parcouru le circuit du festival en commençant par sa première à Cannes où il a reçu une ovation debout de 13 minutes. À partir de là, il a ensuite été projeté au Toronto International Film Festival et au New York Film Festival.

Le traître stars Pierfrancesco Favino et est basé sur l’histoire vraie de Tommaso Buscetta, l’homme qui a fait tomber la Cosa Nostra. Au début des années 80, une guerre totale fait rage entre les chefs de la mafia sicilienne pour le commerce d’héroïne. Buscetta, un homme fait, s’enfuit pour se cacher au Brésil. À la maison, les comptes sont en train d’être réglés et Buscetta observe de loin que ses fils et son frère sont tués à Palerme, sachant qu’il pourrait être le prochain. Arrêté et extradé vers l’Italie par la police brésilienne, Buscetta prend une décision qui va tout changer pour la mafia: il décide de rencontrer le juge Giovanni Falcone et de trahir le vœu éternel qu’il a fait à la Cosa Nostra.

En parlant des entrées officielles aux Oscars du meilleur long métrage international, la candidature de la Russie Beanpole du réalisateur Kantemir Balagov débarque également aux États-Unis ce week-end. Le film a déjà quelques crans à son actif en ce qui concerne les distinctions, notamment Meilleur réalisateur – Un Certain Regard au Festival de Cannes. Le film a parcouru le chemin du festival du film avec des projections à Telluride, au Toronto International Film Festival et au New York Film Festival. Il devrait ouvrir ses portes aujourd’hui à New York et ouvrira à Los Angeles le 14 février.

Situé à Leningrad après la Seconde Guerre mondiale, le film suit Iya et Masha (joué par les nouveaux venus Viktoria Miroshnichenko et Vasilisa Perelygina). La paire s’est liée après avoir combattu côte à côte en tant que canonniers anti-aériens et tente maintenant de se réadapter à un monde hanté. Grande et mince, Iya travaille maintenant comme infirmière dans un hôpital en état de choc, présidant des soldats traumatisés. Un accident choquant rapproche et scelle également leur destin.

Réalisé par Yaron Zilberman Incitation était un autre espoir pour les Oscars, car c’était l’entrée officielle d’Israël pour International Film. Présentant sa première au Festival international du film de Toronto l’an dernier, le thriller raconte l’année précédant l’assassinat du premier ministre israélien Yitzhak Rabin en 1995. Dans le contexte des efforts de Rabin pour mettre fin au conflit israélo-palestinien, le film est raconté à travers le voyage de l’assassin, Yigal Amir (Yehuda Nahari Halevi).

Co-écrit par Zilberman et Euphorie‘s Ron Leshem, le film met en lumière toutes les forces qui ont agi sur lui, de sa quête personnelle pour devenir un héros aux yeux de ses pairs, et le rejet qu’il fait face de son intérêt amoureux, à l’incitation intense des politiciens et les chefs religieux. Halevi joue aux côtés d’Amitay Yaish Ben Ousilio, Anat Ravnizky, Yoav Levi, Dolev Ohana, Raanan Paz, Sivan Mast et Daniella Kertesz.

Enfin, en l’honneur du nouvel an lunaire chinois, Well Go USA Entertainment annonce la sortie d’une version doublée en anglais du long métrage d’animation Ne Zha sur certains marchés. La publication intervient à un moment très sensible après l’épidémie de coronavirus en Chine, qui a provoqué l’annulation de nombreuses versions du Nouvel An lunaire. Cela dit, Well Go USA a dit qu’ils voulaient offrir un cadeau de nouvel an lunaire avec la réédition de Ne Zha qui a fait ses débuts aux États-Unis en août dernier.

Dans Ne Zha, le jeune garçon titulaire est né d’une perle céleste du seigneur primordial du ciel, Yuanshi Tianzun. Né avec des pouvoirs uniques, il se retrouve comme un paria qui est détesté et craint. Destiné par la prophétie à apporter la destruction au monde, le jeune garçon doit choisir entre le bien et le mal afin de briser les chaînes du destin et de devenir le héros.

Le film a ouvert 1 015 755 $ aux États-Unis et a rapporté plus de 3 millions de dollars lors de sa sortie en salle. En Chine, il est actuellement le long métrage d’animation le plus rentable de l’histoire du cinéma chinois avec un box-office brut à 535 millions de dollars. Le long métrage d’animation est également le long métrage IMAX animé le plus rentable de l’histoire du cinéma chinois et le deuxième long métrage IMAX en langue locale le plus rentable de tous les temps sur le marché.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*