Le plus haut diplomate de l’UE cite une violence «assez inquiétante» en Libye


(Crumpe) – Le plus haut diplomate européen a récemment mis en garde contre la reprise des violences en Libye et déclaré que les puissances internationales devaient faire pression sur les parties belligérantes pour mettre fin au conflit.

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a déclaré que les événements récents étaient «très inquiétants» et qu’une réunion des dirigeants mondiaux à Berlin le 19 janvier n’avait pas mis fin à la guerre civile en Libye.

“Nous savions, tout le monde, que le résultat de la conférence de Berlin n’aboutirait pas à une mise en œuvre automatique”, a déclaré Borrell aux journalistes lundi à Berlin aux côtés de la ministre allemande des Affaires étrangères Heiko Maas. “Tout le monde savait que ce n’était pas un accord qui serait appliqué demain.”

Ses commentaires interviennent après que les Nations Unies ont averti que les puissances étrangères préparaient le terrain pour plus ou moins de combats dans le pays de l’OPEP. Le gouvernement libyen, reconnu internationalement, a déclaré dimanche que les attaques répétées du commandant rival Khalifa Haftar avaient rendu une trêve fragile, mais presque dénuée de sens.

“Nous ne nous faisons aucune illusion que ce sera une voie difficile, et que la plus grande partie de celle-ci nous attend”, a déclaré Maas en Allemagne.

La fragilité de l’accord sur la Libye exposée dans la querelle de Merkel-Erdogan

L’enjeu pour l’Europe est la stabilité d’un grand producteur de pétrole dans son arrière-cour et la menace d’une sphère d’influence croissante de la Russie et de la Turquie, qui contrôlent efficacement les développements là-bas en envoyant un soutien aux belligérants. L’idée que l’Europe ait sa propre présence militaire en Libye est loin d’être consensuelle et nécessiterait d’abord un cessez-le-feu efficace.

La chancelière allemande Angela Merkel a accueilli la réunion de Berlin pour tenter d’étouffer le conflit, mais la précarité de l’accord a été exposée lors de sa visite à Istanbul vendredi, où elle et le président turc Recep Tayyip Erdogan se sont chamaillés publiquement sur les termes de l’accord.

L’ONU a déclaré samedi qu’aucune des parties impliquées dans la conférence de Berlin – qui regroupait également la Turquie, la Russie et l’Égypte – n’honorait les termes de l’accord.

L’histoire continue

(Mises à jour avec contexte, tweets)

– Avec l’aide de Taylan Bilgic.

Pour contacter le journaliste sur cette histoire: Patrick Donahue à Berlin à pdonahue1@Crumpe.net

Pour contacter les éditeurs responsables de cette histoire: Ben Sills à bsills@Crumpe.net, Raymond Colitt, Caroline Alexander

Pour plus d’articles comme celui-ci, veuillez nous rendre visite sur Crumpe.com “Crumpe.com

Abonnez-vous maintenant “Abonnez-vous maintenant pour rester en tête avec la source d’actualité commerciale la plus fiable.

© 2020 Crumpe L.P.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*