Le temps de Barty en tant que héros à la maison veut respecter le battage médiatique de l’Open d’Australie

Melbourne (AFP) – Ashleigh Barty est à deux victoires de devenir la première gagnante de l’Open d’Australie en 42 ans, mais la tête de série doit d’abord apprivoiser l’agressive américaine Sofia Kenin jeudi.

L’autre demi-finale de l’Open d’Australie à Melbourne, où les températures devraient grimper à près de 40 degrés Celsius (104 Fahrenheit), met en échec la championne de Wimbledon Simona Halep et Garbine Muguruza, non ensemencée.

Barty, 23 ans, est la seule australienne restante dans le tirage au sort masculin ou féminin et devrait battre Kenin, la 14e tête de série qui disputera sa première demi-finale du Grand Chelem.

Barty, en demi-finale de l’Open d’Australie pour la première fois, a battu l’Américain lors de quatre de leurs cinq rencontres précédentes.

L’excitation grandit que Barty puisse devenir le premier vainqueur australien depuis Chris O’Neil en 1978. Mais le numéro un mondial et champion en titre de l’Open de France tente d’ignorer le battage médiatique.

“Je n’y prête pas attention, honnêtement. Je suis ici pour essayer de faire de mon mieux”, a-t-elle déclaré, après avoir battu la septième tête de série tchèque Petra Kvitova en quart de finale.

“C’est évidemment excitant. J’espère que je pourrai faire sourire quelques visages dans notre pays et dans le monde.”

L’outsider Kenin, 21 ans, porte le drapeau des États-Unis en tant que seul Américain encore à l’Open d’Australie.

Née à Moscou mais une férocement américaine fière – sa raquette est aux couleurs des étoiles et des rayures – Kenin est catégorique: elle ne reculera pas face à ce qui sera le soutien vocal à domicile de Barty.

“Je suppose que je pourrais simplement dire agressif, le combat en moi”, a-t-elle dit, en lui demandant quelles étaient ses forces.

Kenin a battu la sensation de 15 ans Coco Gauff sur le chemin des quatre derniers.

– ‘La perfection n’existe pas’ –

La Roumaine Halep, battue lors de la finale 2018 par Caroline Wozniacki, est au top de sa forme au bon moment.

Elle n’a pas encore perdu un set à Melbourne alors qu’elle vise un troisième titre du Grand Chelem, après avoir triomphé à Roland Garros en 2018 et battu Serena Williams 6-2, 6-2 pour remporter Wimbledon l’année dernière.

“La perfection n’existe pas, mais je suis très content de la façon dont j’ai joué”, a déclaré Halep après avoir éliminé la 28e tête de série estonienne Anett Kontaveit 6-1, 6-1 en quart de finale mercredi.

“Je me sentais bien sur le terrain, je bougeais très bien, je sentais la balle vraiment, vraiment bien.”

Mais à Muguruza, Halep affronte un joueur au pedigree du Grand Chelem dont la confiance monte également en flèche.

Comme Halep, Muguruza est un ancien numéro un mondial et vainqueur à Roland Garros et Wimbledon.

Contrairement à Halep, l’Espagnol de 26 ans n’a pas réussi à démarrer après ces deux triomphes du Grand Chelem.

Muguruza a mis fin à un misérable 2019 classé 36e au monde – la première fois depuis 2014 qu’elle termine l’année en dehors du top 20.

Elle a passé la saison morte à gravir le mont Kilimandjaro pour se vider la tête du tennis et a retrouvé l’entraîneur Conchita Martinez.

Les résultats ont été presque immédiats, battant les 10 premières têtes de série Kiki Bertens et Elina Svitolina sur le chemin des demi-finales, après avoir commencé le tournoi avec une maladie virale.

“Je pense que le moment le plus difficile est celui où vous travaillez dur, travaillez comme avant ou encore plus dur, et vous n’avez pas l’impression que les résultats arrivent rapidement”, a déclaré Muguruza, réfléchissant à quelques années médiocres selon ses normes élevées.

“Les athlètes peuvent parfois devenir un peu désespérés, trop impatients.

“C’est très difficile d’être pendant tant d’années au sommet du jeu, étant aussi constant.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*