Le Washington Post réintègre un journaliste après la suspension de ses tweets Bryant – Date limite


Le Washington Post a déclaré avoir réintégré la journaliste politique Felicia Sonmez, qui a été suspendue pour une série de tweets sur Kobe Bryant dans les heures qui ont suivi l’annonce de sa mort dans un accident d’hélicoptère.

Dimanche, alors que beaucoup sur les réseaux sociaux exprimaient un choc et un chagrin suite à la mort de Bryant, Sonmez a tweeté un lien vers une histoire du Daily Beast 2016 sur les allégations d’agression sexuelle qui avaient été faites contre Bryant en 2003. Sonmez a ensuite tweeté à propos de certaines réactions négatives des médias sociaux elle a fait face pour avoir publié l’histoire. Le Post a ensuite suspendu Sonmez alors qu’il menait une enquête pour savoir si elle avait violé la politique de l’entreprise en matière de médias sociaux.

Mais la suspension de Sonmez a déclenché une protestation du syndicat du journal, la Post Guild, ainsi que des employés de la salle de rédaction. Le chroniqueur Eric Wemple a même écrit sur sa perplexité face à l’action du Post.

Mardi, la rédactrice en chef du Post, Tracy Grant, a déclaré dans un communiqué qu ‘”après avoir effectué un examen interne, nous avons déterminé que, même si nous considérons les tweets de Felicia inopportuns, elle n’était pas en violation claire et directe de notre politique sur les médias sociaux”.

Grant a ajouté: «Les journalistes sur les réseaux sociaux représentent le Washington Post, et notre politique stipule que« nous devons toujours garder à l’esprit la réputation du Washington Post d’excellence journalistique, d’équité et d’indépendance ». Nous exhortons constamment à la retenue, ce qui est particulièrement important lorsque il y a des morts tragiques. Nous regrettons d’avoir parlé publiquement d’une question de personnel. »

L’accusation d’agression sexuelle criminelle contre Bryant, résultant d’un incident au Colorado, a finalement été abandonnée. Bryant a présenté des excuses à son accusateur mais a déclaré qu’il pensait que la rencontre était consensuelle. Il a également conclu un accord avec elle pour un montant non divulgué en 2005.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*