Les hauts et les bas du Rishabh Pant depuis 2018

[ad_1]

Voilà comment les deux dernières années de> Rishabh Pantla vie de jouer pour l’Inde ont regardé:

Pas sélectionné pour la tournée indienne en Angleterre en 2018 et derrière> KS Bharat, considéré comme le meilleur gantier, dans l’ombre Une tournée. Il s’avère que les sélecteurs ont oublié de vérifier Wriddhiman Saha, qui est toujours blessé et le restera pour le reste de l’année. Soudain, il saute Bharat, perturbe la chaîne de succession et jette son été au ralenti pour un rôle de gardien de guichet de secours avec l’équipe de test. Deux tests plus tard, Dinesh Karthik, le gardien de sauvegarde d’origine, est abandonné. Le pantalon est maintenant un joueur de cricket d’essai.

Pant concède 70 byes dans ses deuxième et troisième tests, luttant pour s’adapter au mouvement tardif en Angleterre. Ses premiers runs dans le test de cricket sont hors de six. Dans la cible en caoutchouc mort = « _ blank »> à The Oval, il marque un siècle maniaque pour garder l’Inde en vie, mais sort en essayant de frapper un six lorsque l’Inde doit sauver le match après avoir perdu tous les autres batteurs 138 reconnus derrière la cible. La direction de l’équipe m’a demandé d’y aller, dit-il.

A LIRE AUSSI: target = « _ blank »> Kohli prêt à persister avec Rahul comme gardien de guichet

Les caméras l’aiment déjà. Une bande de faits saillants de ses erreurs de garde apparaît sur grand écran, et on le voit le regarder. Il saute après des plongées infructueuses pour sauver les adieux.

Il devient le premier gardien de guichet indien à marquer un siècle en Angleterre, il va et répète l’exploit en Australie. Sa cible = « _ blank »> plaisanteries prises sur les micros de la souche en Australie a ruiné la télévision australienne pour d’autres gardiens plus sobres. Lors d’un dîner, il obtient en fait une photo prise avec l’enfant de Tim Paine, qui lui avait proposé un babysitting tout en discutant des ordures lors d’un test.

De l’extérieur du top trois au seul gardien indien avec un siècle de test en Angleterre et en Australie, la vie de Pant n’est pas sur le point de s’installer. Bientôt, il est hué dans son pays d’origine lors de la lecture de formats où l’on pense qu’il sera plus à la maison.

Pendant la série à domicile contre l’Australie, il reste au milieu des chants « Dhoni, Dhoni » et des huées fortes et sans ambiguïté. Avec la batte, il essaie de jouer les rôles les plus difficiles dans le cricket à limites limitées: la batte au milieu des overs. Surtout pour les batteurs de l’ordre moyen de l’Inde, cela signifie l’une des deux choses: acte de sauvetage ou coup de puissance de la première balle.

Pour la deuxième année consécutive, Pant n’est pas emmené en Angleterre, cette fois pour la Coupe du monde. Mais une autre blessure fait de lui le troisième portier de l’équipe. Ayant à peine eu un coup sûr dans les étapes de la ligue, Pant se retrouve soudainement invité à remporter la demi-finale pour l’Inde en tant que batteur spécialisé. Après 85 minutes de retenue, il se fraye un chemin jusqu’au seul spinner de l’opposition.

De retour à la maison, les huées continuent. Le pantalon est tellement tendu et impatient qu’il ramasse des balles devant les souches et concède des non-balles. Son capitaine et son vice-capitaine doivent demander à la foule de le licencier. Les sélecteurs lui ont confié le contrat de grade A, juste en dessous des trois certifications tous formats.

Le pantalon est également abandonné pour les tests à domicile, suivis d’une démonstration de foi dans des formats limités. Entre les deux, il retourne chez son entraîneur Tarak Sinha pour redécouvrir la liberté de son frappeur, la portée du hors-jeu, et les résultats commencent à peine à se montrer.

Dans un ODI contre l’Australie, cependant, il est frappé à la tête et souffre d’une commotion cérébrale, ce qui signifie que l’Inde doit demander à KL Rahul de garder le guichet. Non seulement il se débrouille bien avec les gros gants, mais Rahul marque 80 sur 52 au n ° 5, menaçant les deux rôles de Pant. Même lorsque Pant est de retour d’une commotion cérébrale, l’Inde continue avec Rahul comme gardien.

Même après une blessure à Shikhar Dhawan, qui ouvre une place dans l’ordre des frappeurs avec Rahul remontant en haut de l’ordre, Pant est laissé de côté pour un autre batteur d’ordre moyen, Manish Pandey. Le message est clair: Rahul en tant que gardien est le nouveau plan de l’Inde. Pant ne sait pas quand aura lieu son prochain match international malgré les indications qu’il pourrait être le gardien de test préféré de l’Inde en dehors de l’Asie où il a connu son meilleur temps en cricket international.

Il est difficile d’imaginer qu’un autre joueur de cricket dans le monde ait connu de tels hauts et des bas au cours des deux dernières années. Le pantalon n’a que 22 ans. Il est lié à tout cela par la confusion. Pour regarder avec perplexité les déclarations extrêmement fluctuantes de la direction de l’équipe dans la presse. Il est le sauveur après des siècles d’absence et a besoin de travailler « très dur » pour garder ses guichets un autre jour. Et les foules qu’il joue devant: ils l’aiment un instant, mais ont hâte de le huer quand il fait une erreur.

Ce n’est pas un appel au réveil: s’il l’est, c’est la hauteur des messages mixtes. L’intention de la direction de l’équipe ne peut jamais être remise en question. Ils veulent les meilleurs résultats pour l’Inde, mais les méthodes doivent mettre à l’aise ceux qui n’y participent pas. Le plan pourrait être de voir comment Rahul va en tant que gardien et batteur pour une course équitable, pour voir s’il peut physiquement prendre la pression, mais pour le moment, en ce moment, Pant a besoin de toute la gestion de l’homme pour laquelle Ravi Shastri est réputé pour .

.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*