Les Palestiniens rejettent avec colère le plan de paix de Trump au Moyen-Orient


RAMALLAH, Cisjordanie (AP) – Le président palestinien Mahmoud Abbas a dit “mille non” au plan de paix au Moyen-Orient annoncé mardi par le président Donald Trump, qui favorise fortement Israël.

Les Palestiniens restent déterminés à mettre fin à l’occupation israélienne et à établir un État avec sa capitale à Jérusalem-Est, a déclaré Abbas lors d’une conférence de presse à Ramallah, en Cisjordanie, où se trouve le siège de l’Autorité palestinienne soutenue par l’Occident.

“Après les bêtises que nous avons entendues aujourd’hui, nous disons mille non au Deal of The Century”, a-t-il déclaré.

Le plan créerait un État palestinien dans certaines parties de la Cisjordanie, mais permettrait à Israël d’annexer ses colonies dans le territoire occupé. Le plan permettrait aux Palestiniens d’établir une capitale à la périphérie de Jérusalem-Est mais laisserait la majeure partie de la ville sous contrôle israélien.

“Nous ne nous agenouillerons pas et nous ne nous rendrons pas”, a déclaré Abbas, ajoutant que les Palestiniens résisteraient au plan par “des moyens pacifiques et populaires”.

Le groupe militant islamique Hamas a rejeté les “complots” annoncés par les États-Unis et Israël et a déclaré que “toutes les options étaient ouvertes” en réponse au plan de l’administration Trump.

«Nous sommes certains que notre peuple palestinien ne laissera pas passer ces complots. Ainsi, toutes les options sont ouvertes. L’occupation (israélienne) et l’administration américaine porteront la responsabilité de ce qu’ils ont fait “, a déclaré un haut responsable du Hamas, Khalil al-Hayya, alors qu’il participait à l’une des nombreuses manifestations qui ont éclaté dans la bande de Gaza dirigée par le Hamas.

Les manifestants ont brûlé des pneus et des photos du président Donald Trump et du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Abbas a tenu une réunion d’urgence avec d’autres factions palestiniennes, dont le Hamas, pour discuter d’une réponse unifiée au plan. Abbas avait rejeté l’accord avant qu’il ne soit annoncé, déclarant que les États-Unis étaient désespérément biaisés envers Israël.

Les Palestiniens ont interrompu tous les contacts avec l’administration Trump après qu’elle a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël il y a plus de deux ans et a déplacé l’ambassade là-bas.

L’histoire continue

Tard mardi, des manifestants palestiniens se sont affrontés avec les forces israéliennes à la périphérie de Ramallah, près de la colonie juive de Beit El.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré que l’initiative de Trump “fournit une occasion de relancer les efforts urgents nécessaires pour une solution négociée et viable” au conflit.

Il a déclaré que l’UE “étudierait et évaluerait les propositions avancées”. Il a réitéré l’engagement du bloc à “une solution négociée et viable à deux Etats qui tienne compte des aspirations légitimes des Palestiniens et des Israéliens, en respectant toutes les résolutions pertinentes des Nations Unies. et les paramètres convenus au niveau international. “

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a déclaré que les Nations Unies soutiennent deux États vivant en paix et en sécurité à l’intérieur de frontières reconnues, sur la base des frontières d’avant 1967, selon son porte-parole.

“La position des Nations Unies sur la solution à deux États a été définie, au fil des ans, par les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale auxquelles le Secrétariat est lié”, a déclaré le porte-parole, Stéphane Dujarric.

Ces résolutions qualifient toutes les colonies israéliennes de Cisjordanie d’illégales et appellent à une solution basée sur les frontières avant la guerre israélo-arabe de 1967, avec des échanges de terres convenus.

L’Arabie saoudite a déclaré qu’elle appréciait les efforts de l’administration Trump et a encouragé la reprise des pourparlers directs entre Israël et les Palestiniens “sous les auspices des États-Unis”. Le ministère des Affaires étrangères du royaume a tweeté qu’il espérait voir le processus de paix aller de l’avant afin d’atteindre «Un accord qui réalise les droits légitimes du peuple palestinien.»

La Jordanie, quant à elle, a mis en garde contre toute “annexion israélienne de terres palestiniennes” et a réaffirmé son attachement à la création d’un État palestinien dans le sens de 1967, qui comprendrait toute la Cisjordanie et Jérusalem-Est annexée par Israël.

Le ministre des Affaires étrangères, Ayman Safadi, a mis en garde contre «les conséquences dangereuses des mesures unilatérales israéliennes, telles que l’annexion de terres palestiniennes».

L’Égypte a exhorté les Israéliens et les Palestiniens à «étudier attentivement» le plan et a dit apprécier les efforts de l’administration.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a déclaré mardi dans un communiqué qu’il était favorable à une solution qui rétablisse tous les «droits légitimes» du peuple palestinien en créant «un État indépendant et souverain sur les territoires palestiniens occupés».

La Jordanie et l’Égypte sont les deux seuls pays arabes à avoir fait la paix avec Israël.

___

L’écrivain Associated Press Mohammed Daraghmeh a rapporté cette histoire à Ramallah et l’écrivain AP Fares Akram a rapporté de la ville de Gaza, bande de Gaza. Les écrivains de l’AP Samy Magdy au Caire et Joseph Krauss à Jérusalem ont contribué à ce rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*