Les prédateurs face à une route difficile en éliminatoires


Jetez un coup d’œil à la place des Predators de Nashville au classement de la Conférence de l’Ouest et il serait facile de conclure qu’ils ont beaucoup de mal à faire les éliminatoires de la Coupe Stanley.

C’est un point que l’attaquant> a souligné Matt Duchene lundi avant leur match contre Toronto, tout en parlant de la façon dont il pense que l’équipe actuellement constituée peut combler cet écart sans avoir besoin d’aide extérieure.

> Via NHL.com:

«Nous aimons notre groupe ici. Je pense que tout le monde est content du talent que nous avons, et il est temps de commencer à jouer de la manière dont nous sommes capables. Je ne pense pas que nous manquions vraiment de quoi que ce soit dans cette salle. Nous ne regardons pas [the trade deadline] maintenant. Nous examinons la tâche à accomplir, et voici notre groupe. “

«Vous nous regardez en ce moment. Vous savez que ça ne va pas du tout sur le papier, mais avec les matchs en cours que nous avons, nous avons une excellente occasion de rassembler une petite séquence ici », a déclaré Duchene.

Il n’a pas tort. Les jeux en cours sont une excellente opportunité pour eux, mais c’est un peu plus compliqué que de simplement avoir des jeux supplémentaires.

Premièrement, même si les Predators gagnaient tous ces matchs supplémentaires, ils ne seraient toujours pas à la hauteur des éliminatoires compte tenu de leur rythme actuel. Ils auraient encore besoin de faire quelques remarques ailleurs le reste du chemin.

Voici les équipes en lice pour le moment, ainsi que leur rythme actuel.


Pour compliquer encore plus les choses, les jeux supplémentaires en main comportent un inconvénient intégré. Ils jouent plus de jeux dans un laps de temps plus court, ce qui signifie un calendrier condensé, plus de dos à dos et moins de repos le reste du chemin. Comme> les gens du blog Predators On The Forecheck l’ont noté cette semaine, les Predators ont encore huit séries consécutives de haut niveau cette saison. Dans quatre de ces deux matchs consécutifs, ils joueront un match sur la route contre une équipe reposée, également à égalité pour le plus grand nombre dans la ligue. Ce ne sont pas des jeux faciles à gagner.

Pour ajouter à tout cela, les adversaires restants des Predators ont actuellement un pourcentage de points de 0,572,> à égalité pour le troisième calendrier restant le plus difficile de la ligue. Ils jouent également la majorité de leurs matchs sur la route.

Cela demande beaucoup de passer à travers cela et de rattraper le retard nécessaire dans la course aux séries éliminatoires.

Cela reste une équipe quelque peu déconcertante.

Leurs performances 5 contre 5 ont été pour la plupart exceptionnelles, et exactement ce que vous attendez d’une équipe rivale avec la liste qui a l’air si bien sur papier. Ils contrôlent le rythme du match et ont l’un des meilleurs différentiels de buts de 5 contre 5 de la ligue. Ils s’occupent des affaires lorsque le jeu est de force égale.

C’est lorsque le jeu se transforme en équipes spéciales et en affrontement de gardiens de but qu’ils ne peuvent rivaliser avec personne.

Ce dernier point – les gardiens de but – doit être la grande préoccupation en fin de parcours. > Pekka Rinne et> Juuse Saros ont tous les deux des pourcentages de sauvegarde inférieurs à .900 dans l’équipe (tous deux principalement blessés par leur performance sur le penalty) et étant donné le calendrier serré, ils devront tous les deux jouer, et jouer beaucoup. De meilleures performances des deux, en particulier sur le penalty, résoudraient beaucoup de problèmes perçus par les Predators.

L’histoire continue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*