«Parasite» ou «Douleur et gloire»? – Crumpe


Les cinq derniers titres nominés pour la nouvelle catégorie d’Oscar du long métrage international comprenaient quelques surprises quand ils ont été annoncés en janvier. Le chef de file parmi ces derniers est Bong Joon Ho. Parasite, une saison de récompenses chérie qui a continué à consolider sa position en tant que candidat de premier plan pour cette course en particulier, tout en se déplaçant de plus en plus dans des conflits sérieux pour certaines autres catégories.

Le thriller noir sur les membres d’une famille pauvre qui planifie de travailler dans un ménage riche en se faisant passer pour une aide indépendante et hautement qualifiée, n’est que le sixième film à décrocher le meilleur film et le meilleur film international (anciennement en langue étrangère), et le premier film coréen à le faire. C’est le 11e film non anglophone jamais nominé pour le meilleur film.

Antonio Banderas dans «Pain & Glory»

Sony Pictures Classics

Ce qui rend l’exploit encore plus impressionnant, c’est que la Corée possède une industrie locale aussi riche, pleine de talents et d’un public très sophistiqué. Il est surprenant qu’il ait fallu autant de temps aux organismes de récompenses hollywoodiens et au public national pour en prendre note. Il y a eu des remakes d’autres films coréens, et des droits acquis à coup sûr, mais le marché devrait maintenant être encore plus haut sur le radar, en particulier alors que les adaptations télévisées du travail de Bong commencent à se préparer avec un Snowpiercer bientôt une série sur TNT et un Parasite transfert mis en place chez HBO.

Parasite est le favori par excellence pour l’Oscar du long métrage international alors que la saison commence à se concentrer. Mais il est également devenu un véritable concurrent dans la catégorie Meilleure image et dans ses autres catégories. Parmi les autres films récents générant une chaleur similaire, citons Alfonso Cuarón Roma de l’année dernière, et Michael Haneke’s 2012 Amour, qui ont chacun marqué les nominations pour la meilleure image. Tous deux ont remporté la catégorie des langues étrangères. Cependant, aucun film en langue étrangère n’a jamais remporté le prix du meilleur film à ce jour. Il reste à voir maintenant si Parasite peut rompre cette séquence.

Pedro Almodóvar, dont Douleur et Gloire a commencé sa carrière à Cannes, remportant le prix du meilleur acteur pour Antonio Banderas, qui est également en lice pour un Oscar, est un autre cinéaste qui a déjà eu des nominations en dehors de la catégorie internationale. Il a remporté cette course avec 1999 Tout sur ma mère. Si l’Académie finit par mettre son poids derrière Bong dans la meilleure image et choisit d’honorer un autre film en langue étrangère à sa place, le film autobiographique d’Almodóvar pourrait être celui qu’ils choisiraient. Le directeur a été le représentant espagnol à sept reprises et a remporté des nominations à trois reprises. Au total, l’Espagne a eu 20 nominations dans ce domaine, dont quatre sont en passe de gagner. La dernière fois, c’était pour 2004 La mer à l’intérieur.

Les misérables

Le troisième film de la liste qui a le plus retenu l’attention depuis ses débuts à Cannes est celui de la France. Les misérables. De Ladj Ly, c’était une évasion pour le premier long métrage qui a remporté le prix du jury au festival. Récemment, László Nemes » Fils de Saul a donné à ce premier réalisateur un grand honneur à Cannes et le film a remporté l’Oscar des langues étrangères. Bien que le drame urbain politiquement chargé de Ly soit extrêmement opportun compte tenu des conflits actuels dans son pays d’origine, le film n’a pas eu le même élan que Fils de Saul. Ly a un bel avenir devant lui (il a signé avec le CAA à Cannes) alors il aura probablement sa journée une autre fois.

La France a été dans le cercle des gagnants plus que la plupart, et Les misérables’La nomination est le 38e pour le pays. Neuf films se sont convertis en victoires, mais ce fut une longue période de sécheresse depuis 1992 Indochine est reparti avec la statue d’or. En tant que film muet, L’artiste, qui a remporté le prix du meilleur film, n’était pas dans la course aux langues étrangères.

Les deux surprises du scrutin pour le nominé aux Oscars cette année sont celles de Jan Komasa corpus Christi de Pologne et de Tamara Kotevska et de Ljubomir Stefanov Honeyland de Macédoine du Nord.

Ce dernier est la première participation aux courses de longs métrages internationaux et documentaires à avoir marqué des nominations dans les deux. Il y a eu quelque bouleversement dans le passé à propos d’un pays qui sélectionne un doc comme son représentant en langue étrangère, plutôt que de donner à deux films une possibilité de tournage (2016’s Le feu en mer de l’Italie a progressé dans le documentaire mais n’a pas réussi la coupe en FL). Cependant, le documentaire narratif Honeyland s’est avéré être le genou de l’abeille, faisant passer la Macédoine du Nord à une mention de long métrage international pour la deuxième fois depuis que le pays a commencé à soumettre des films en 1994. La première était pour son représentant initial, Avant la pluie. Il n’a jamais gagné.

Honeyland

Honeyland a remporté plusieurs prix à Sundance et en a remporté d’autres en cours de route, principalement dans des courses documentaires. Le film retrace la vie de la dernière apicole d’Europe, vivant dans une région montagneuse isolée au cœur des Balkans.

Enfin, Komasa corpus Christi remet la Pologne dans la course après le dernier Guerre froide et lauréat 2014 Ida, tous deux de Pawel Pawlikowski. corpus Christi était une première à Venise étonnamment inspirée par des événements réels. C’est l’histoire d’un jeune de 20 ans qui vit un réveil spirituel dans un centre de détention pour jeunes. Interdit d’entrer au séminaire en raison de ses crimes, le jeune homme poursuit son rêve en se faisant passer pour un prêtre et en administrant une paroisse d’une petite ville. Ce fut un succès au box-office à la maison et est un autre signe de la force du cinéma polonais, où l’industrie a continué de se développer et de prospérer. Le pays a été nominé 12 fois depuis 1963, gagnant une seule fois.

Parallèlement au changement de nom de la catégorie cette année, l’Académie a étendu la liste restreinte annuelle de neuf à dix titres. Parmi les films qui n’ont pas été retenus pour les nominations figurent Václav Marhoul L’oiseau peint (République tchèque), Tanel Toom’s Vérité et justice (Estonie), Barnabás Tóth’s Ceux qui sont restés (Hongrie), Kantemir Balagov Beanpole (Russie) et Mati Diop Atlantiques (Sénégal).



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*