Qui est le nouveau directeur général des Browns, Andrew Berry? – Blog Cleveland Browns


Les> Cleveland Browns embauche> Philadelphia Eagles vice-président des opérations football> Andrew Berry sera leur directeur général et vice-président exécutif des opérations football.

Voici ce que vous devez savoir sur le nouveau GM des Browns:

Pourquoi Berry?

Le propriétaire Jimmy Haslam voulait embaucher un directeur général qui était sur la même longueur d’onde que le directeur de la stratégie, Paul DePodesta, et a eu la bénédiction du nouvel entraîneur-chef Kevin Stefanski. Le directeur général adjoint des Vikings, George Paton, qui a travaillé avec Stefanski au Minnesota, correspondait à cette facture. Mais lorsque Paton s’est retiré de la course à la fin de la semaine dernière, Berry était le seul autre candidat sérieux qui semblait logique. Berry, 32 ans, est le plus jeune directeur général de la ligue, mais est considéré comme une star montante du front office.

Quelle histoire Berry a-t-elle avec les Browns?

Avant de partir pour les Eagles, Berry a été à Cleveland pendant trois saisons en tant que vice-président du personnel des Browns de 2016 à 2018, venant des> Indianapolis Colts après six ans comme éclaireur là-bas. Berry a d’abord travaillé sous le Sashi Brown incliné analytiquement à Cleveland et faisait partie du régime qui a démoli les Browns pour acquérir des choix de repêchage, allant de 1 à 31 sur deux saisons.

> Myles Garrett avec le choix n ° 1 au classement général en 2017, passant aux quarts> Patrick Mahomes et> Deshaun Watson, même si les Browns étaient à la recherche d’un QB de franchise à l’époque.

Avec le 15e choix au total en 2016, les Browns ont repoussé le receveur large> Corey Coleman, qui n’a joué que deux saisons à Cleveland. Même après que Brown a été remplacé par John Dorsey, Berry est resté une partie du front office qui, dans le projet de 2018, a sélectionné le quart-arrière de départ> Baker Mayfield et coin arrière> Denzel Ward dans les cinq premiers au premier tour, puis le Pro Bowl revient> Nick Chubb dans la seconde. Les Browns ont également échangé pour un récepteur large Pro Bowl> Jarvis Landry.

Berry est parti pour Philadelphie avant le repêchage de 2019 et avant que Cleveland n’échange contre le joueur à distance All-Pro.

Quel lien a-t-il avec le régime actuel?

Berry était toujours avec les Browns lorsqu’ils ont interviewé Stefanski l’année dernière avant que Dorsey n’engage à la place Freddie Kitchens. Berry a également travaillé avec DePodesta, avec qui il a une expérience similaire. Berry et DePodesta ont joué au football à Harvard. Berry a commencé tous les quatre ans au demi de coin pour le Crimson et a été All-Ivy League à trois reprises. Berry, DePodesta et Stefanski (Penn) sont tous diplômés de l’Ivy League.

target = “_ blank”> Obtient un contrat de cinq ans avec Browns
• target = “_ blank”> Ce que les Browns obtiennent à Stefanski
•> «Le ciel est la limite» pour Mayfield
• target = “_ blank”> Stefanski peut-il retourner les Browns?

Qu’est-ce que cela signifie pour les Browns?

Deux jours après avoir licencié Dorsey le 31 décembre, Haslam a déploré la façon dont les Browns avaient souffert des “mariages arrangés” au fil des ans depuis qu’il avait acheté l’équipe en 2012, avec des directeurs généraux, des cadres de front office et des entraîneurs qui ne se voyaient pas tous dans les yeux . Plus récemment, cela incluait DePodesta, qui a dirigé l’aile analytique de Cleveland, et Dorsey, qui est venue en éclaireur. Haslam a promis de rechercher “l’alignement” cette fois-ci et que les Browns embaucheraient un directeur général et un entraîneur qui collaboreraient bien aux côtés de DePodesta et de la propriété.

Les Browns ont cet alignement à Stefanski, DePodesta et maintenant Berry, qui embrassent tous l’analytique et semblent être sur la même longueur d’onde avec la direction que les Browns devraient prendre au cours des cinq prochaines années – la durée des contrats que Stefanski et Berry auront signés . Tous les trois rapporteront à Haslam comme des égaux, aussi, donnant à Haslam la configuration qu’il souhaite tant.

Il ne devrait y avoir aucune excuse pour une franchise qui a du talent, mais qui n’a pas participé aux séries éliminatoires depuis 2002.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*