Si je veux être à ce niveau, je dois être aussi bon que Bumrah – Unadkat


Le rappel en tête pour> Jaydev Unadkat est probablement les sommes exorbitantes qu’il a commandées au cours de deux enchères IPL successives en 2018 et 2019. Mais au-delà du faste IPL est un stimulateur qui a une prétention légitime à être le meilleur joueur de quilles rapide de cricket domestique en Inde depuis 2013.

Les chiffres soutiennent cette affirmation. Depuis la saison 2013-14, Unadkat a la deuxième meilleure moyenne et le meilleur taux de grève parmi les meilleurs guichets en Inde. Et il y est parvenu en jouant plus de matchs que n’importe quel autre joueur de bowling rapide au stade de la Saurashtra Cricket Association à Rajkot – son terrain natal. Statistiquement, cela a été le pire terrain pour les quilleurs rapides depuis la saison 2013-14, avec la moyenne la plus élevée pour les pacers de tous les terrains en Inde. Pour réaliser ce qu’Unadkat a dans ces conditions impitoyables, il faut des compétences rares. Dans une conversation franche avec ESPNcricinfo, le capitaine du Saurashtra dévoile tout: de son record national à son prix IPL réduit, de ne pas être choisi pour l’Inde A aux paris gagnants contre Cheteshwar Pujara.

Vos réflexions sur la vente aux enchères IPL – vous êtes de retour avec votre ancienne équipe. À prix réduit mais dans un cadre familier?

Je pense que c’est la première fois que je réponds à une question sur target = “_ blank”> les enchères. Je n’ai consciemment pas voulu en parler parce que je sentais que cela devait être pris aussi à la légère que possible. Je n’y ai pas pensé autant que précédemment. Tout ce que je sais, c’est que je vais jouer dans la même équipe, et je suis heureux de jouer dans la même configuration où je connais les gens, la direction, le capitaine. Mais les enchères, la pression et les choses dont les gens parlent – je suis un peu plus que tout ça.

Cela vous donne-t-il confiance que même si les Royals du Rajasthan vous ont libéré, ils avaient assez de foi pour vous demander de revenir?

Cela a été une tendance avec moi pour n’importe quelle équipe dans laquelle j’ai joué. Les gens ont cherché à me récupérer. Tout ce que je peux en déduire, c’est que je dois faire quelque chose de bien pour l’équipe et avec ma performance. Tout ce que je veux, c’est être meilleur, peut-être ne pas leur donner une chance de me remettre dans la vente aux enchères et de prouver que je vaux plus que ce que les gens pensent que je suis. Mais cela dit, je suis dans un espace heureux au sujet de mon cricket. Si vous m’aviez posé cette question il y a deux ans, j’en aurais beaucoup parlé, mais pour le moment, cela ne m’affecte pas du tout, même si j’en parle.

“Plus tôt, je pensais que je devais obtenir X nombre de guichets dans une saison pour me faire un nom, mais ces choses ne jouent plus vraiment dans mon esprit. Je suis au-dessus de ça maintenant. C’est à peu près bowling à mon meilleur, bowling des sorts hostiles où vous pouvez sentir que les batteurs n’aiment pas vous jouer ”

Il s’agit d’une année de Coupe du monde T20. Visez-vous quelque chose de spécifique, comme participer à ce tournoi?

Si je le prends comme ça, ça ne va pas m’aider. La compétition est telle que quiconque obtient des chances, les gens se portent bien. J’ai donc juste besoin de me concentrer sur mes compétences. Bien sûr, quels que soient les efforts que je déploie, il s’agit de retrouver ma place dans l’équipe indienne, mais il ne s’agit pas uniquement de la Coupe du monde. C’est un objectif personnel que je me suis fixé, et c’est un processus qui se poursuivra jusqu’à ce que je prouve que je vaux la peine de retrouver ma place dans l’équipe.

Tout le monde sait ce qu’un tournoi peut faire pour un joueur, en particulier pour quelqu’un qui est sur le point d’être dans et hors de l’équipe. Que ce soit IPL ou ce trophée Ranji, tout est crucial.

Vous m’aviez dit récemment que vous êtes en paix avec votre jeu, même si vous ne faites pas partie des équipes India A?

Oui, tu peux dire ça. Bien que récemment, cela m’a un peu déçu, qu’après avoir commencé la saison sur une bonne note, j’avais un peu d’espoir d’avoir une chance dans la cible = “_ blank”> Inde Une tournée qui s’en vient. Ce n’est donc pas que cela ne me dérange pas du tout, ces choses viennent à l’esprit, des pensées comme: «quand la prochaine sélection aura-t-elle lieu, et quand vais-je avoir ma chance? Surtout quand je vais bien. Mais comme vous l’avez dit, je suis en état de paix dans le sens où cela n’affecte pas du tout mon état d’esprit lorsque je joue à un jeu. Être capitaine aide vraiment parce que je pense à l’équipe, aux stratégies et à tout ça et ce n’est pas seulement pour moi. Cela m’a beaucoup aidé à être dans un bon espace.

target = “_ blank”> saison la plus réussie comme melon.

Je pense que le capitanat a ajouté une toute nouvelle dimension à mon jeu et à moi-même en tant que joueur. Je suis quelqu’un qui aime assumer des rôles de leadership. Je l’aime depuis que je suis assez jeune. J’ai la chance de jouer pour une équipe comme Saurashtra. Ce n’est pas une équipe avec beaucoup de “gros” joueurs, c’est une cible = “_ blank”> une unité bien tricotée, et c’est toujours bon de diriger un camp comme ça.

Je suis excité pour les gars de mon équipe. La façon dont nous avons joué l’année dernière était quelque chose que je chéris et que j’aimerais répéter. Je me fiche de savoir si quelqu’un d’autre l’a remarqué ou non, mais la façon dont nous nous amusions, revenant de l’arrière pour gagner[danslequartdefinalecible=”_blank”>contreUttarPradesh[inthequarter-finaltarget=”_blank”>againstUttarPradesh et la demi-finale cible = “_ blank”> contre le Karnataka], Je pense qu’il n’y a pas de meilleur sentiment. Je peux le faire tout au long de ma carrière si j’en ai l’occasion.

Vous avez dit que Saurashtra est une équipe sans «gros» joueurs, mais vous en avez deux assez gros dans> Cheteshwar Pujara et> Ravindra Jadeja.

Oui bien sûr. Mais ils ne sont pas toujours disponibles. Cheteshwar était là pour les huitièmes de finale l’an dernier et il a été d’une grande aide. Nous sommes les meilleurs amis depuis 8-9 ans maintenant et c’est le gars avec qui je parle le plus de cricket. C’était vraiment bien de l’avoir dans la première année [of my captaincy]. Quand je voulais de l’aide de quelqu’un au milieu, il était là. Et en tant que batteur, vous ne pouvez rien demander de mieux que Cheteshwar. Et Ravindra aussi, chaque fois qu’il a joué pour Saurashtra, il a remporté des matchs à lui seul. Il est évidemment unique en son genre, ne peut être égalé.

Mais maintenant, nous avons une équipe qui se porte bien même quand elle n’est pas disponible, ce qui n’était pas le cas auparavant. Nous voulions le faire en équipe, et nous avons pu le faire la saison dernière.

“Nous avions un accord que s’il [Pujara] obtient un siècle dans l’une des manches là-bas [in Australia], Je lui donnerais un cadeau d’une valeur de 5 000 INR. Et si je prenais un billet ici [in the Ranji Trophy that was going on], il me donnerait un cadeau d’une valeur de 5000 INR. Nous avons donc eu une bataille amicale pour voir qui viendrait en tête et obtenir plus de cadeaux. Il a eu trois siècles dans cette tournée, mais après le 193 à Sydney, il m’a dit qu’il méritait en fait 200, alors je devrais lui en donner 10 000! ”

Vous avez été de grands amis avec Pujara. Vous et lui avez dû avoir des conversations intéressantes quand il était en Australie, en jouant une performance de l’homme de la série, et vous dirigiez Saurashtra dans le trophée Ranji?

Nous avions un accord que s’il obtient un siècle dans l’une des manches là-bas, je lui donnerais un cadeau d’une valeur de 5000 INR. Et si je prenais un billet ici [in the Ranji Trophy that was going on in India at the time], il me donnerait un cadeau d’une valeur de 5000 INR. Nous avons donc eu une bataille amicale pour voir qui viendrait en tête et obtenir plus de cadeaux. Il a eu trois siècles dans cette tournée, mais après le 193 à Sydney, il m’a dit que cela valait en fait 200, alors je devrais lui en donner 10 000!

J’ai aussi eu une bonne saison, j’ai eu quatre fifres ici. Alors il m’a fait un cadeau et je lui en ai donné un. C’était donc tout à fait mémorable.

Puisque vous avez dit que vous appréciez le poste de capitaine, pensez-vous qu’il y avait lieu de l’obtenir plus tôt, et pas seulement lorsque target = “_ blank”> Jaydev Shah a pris sa retraite? [Jaydev Shah retired midway through the 2018-19 season after having captained Saurashtra in 111 games, a Ranji Trophy record]

Je pense que c’est le bon moment, car j’ai mûri en tant que joueur. Peut-être que si cela m’était venu quelques années plus tôt, je me battrais toujours à ma façon pour savoir comment je veux être un joueur. Je cherchais encore mes forces et mes faiblesses. Mais maintenant je suis à un stade où je suis vraiment clair sur ces choses. Alors maintenant, je peux vraiment me concentrer sur la capitainerie parce que c’est quelque chose qui demande beaucoup d’attention. Si vous voulez être le capitaine d’un équipe, si vous voulez que tout le monde dans l’équipe réussisse, il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire en tant que capitaine. Gardez tout le monde ensemble, maintenez une bonne ambiance. Dans le même temps, les gars qui ne jouent pas, gardez-les sur leurs gardes et conscients de leur position. Si vous voulez faire tout cela, vous devez être clair dans votre esprit en tant que joueur, donc je pense que cela m’est venu au bon moment.

Qu’est-ce qui s’est bien passé la saison dernière pour Saurashtra et pour vous?

Avant la poursuite en quatrième manche en quart de finale, j’ai parlé et Cheteshwar a parlé de l’importance pour une équipe comme Saurashtra, qui n’a pas vraiment le genre de joueurs que Mumbai ou Karnataka ont eu, que nous nous qualifions pour la KO chaque année sans l’aide de gars comme Cheteshwar et Ravindra. C’était donc une opportunité que nous pensions que nous ne pouvions pas manquer, et chacun croyait davantage en lui-même. C’est une chose que j’ai vraiment adorée dans notre équipe la saison dernière: nous avons commencé à croire que nous pouvions battre n’importe quelle équipe et gagner de n’importe quelle position.

Quant à mon bowling, ma force a été d’utiliser les angles et de le balancer dans les deux sens. Quelques guichets ont été utiles, mais à part cela, pas beaucoup. J’ai eu quelques billets à Rajkot sur des guichets plats où j’ai vraiment bouleversé mon cœur. Le seul plan était de renverser la balle. Si vous jouez à Rajkot, il est inévitable d’inverser, et si vous avez les compétences, il peut inverser en 15-20 overs.

Vous avez parlé du mal de manquer les sélections de l’Inde A. Est-il difficile de trouver la motivation pour jouer au cricket national, après avoir goûté au cricket international?

Je ne suis pas d’accord avec ça. Je dirais que c’est en fait plus facile si vous avez joué au plus haut niveau parce que vous saurez toujours que vous avez en vous pour jouer et atteindre à nouveau là-bas. Si vous n’avez pas été sélectionné une seule fois, vous pourriez encore avoir des doutes quant à savoir si vous êtes assez bon pour jouer à ce niveau ou non. L’aspiration [to play for India] est toujours là, mais pour moi, chaque saison a été vraiment excitante au début. Auparavant, je pensais que je devais obtenir X nombre de guichets au cours d’une saison pour me faire un nom, mais ces choses ne jouent plus vraiment dans mon esprit. Je suis au-dessus de ça maintenant. Il s’agit simplement de jouer au bowling à mon meilleur, de jouer des sorts hostiles où vous pouvez sentir que les batteurs n’aiment pas vous jouer.

> Steffan Jones, qui était notre entraîneur de bowling rapide au Rajasthan Royals, m’a beaucoup aidé. Je suis allé m’entraîner dans son académie au Royaume-Uni pendant dix jours spécifiquement pour adapter ma formation, et j’ai trouvé que cela m’aidait.

En parlant de Rajasthan Royals, vous avez dû faire face à une bonne quantité de trolls sur les réseaux sociaux, parce que vous avez été à l’honneur pour les prix que vous avez obtenus dans les enchères précédentes?

À un moment donné, j’ai l’impression que les gens deviennent si durs qu’ils ne réalisent pas que nous sommes aussi des humains. Mais cela dit, vous ne pouvez pas vraiment aller voir chaque individu et voir quel est son état d’esprit. Ils [trolls] faites-le pour le plaisir ou tout simplement pour attirer l’attention. Les gens m’ont dit de ne pas m’embêter à ce sujet et que les réseaux sociaux sont quelque chose que je ne devrais pas vraiment regarder.

Cela arrive-t-il dans la vraie vie?

Je n’ai vu personne venir vers moi et me dire quoi que ce soit sur mon visage. Je pense que ces gens ne vous mentionnent que sur les réseaux sociaux. Face à face, ils ne diront rien. Cela montre en soi que ces choses n’ont pas vraiment d’importance autant que vous le pensez parfois.

Nous jouons ce beau jeu pour les fans, pour que les gens le suivent et l’aiment. Mais dans notre pays, il arrive qu’une minorité le fasse par haine ou par jalousie. Les critiques peuvent parfois vous aider, vous dire des choses que vous ne voyez pas dans votre jeu. Mais les gens qui vous maltraitent tout le temps n’ont pas vraiment d’importance. Quand ça a commencé, c’était difficile parce que je n’y étais pas habitué. Mais je suis à peu près à l’abri de tout ça maintenant. Vous devez développer une peau épaisse si vous jouez au cricket en Inde.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*