Un aperçu du développement du hockey européen


Jusqu’à présent, 17 nationalités ont été représentées dans au moins un match de la LNH cette saison. Neuf nations étaient représentées au match des All Star Game de la LNH ce week-end. Et même si le Canada demeure le plus grand producteur de talents de la LNH, la démographie de la ligue a changé de façon assez importante au cours des 10 dernières années.

En 2009-2010, la LNH était canadienne à 53,5%, selon QuantHockey.com. Aujourd’hui, ce nombre est de 43,2%, les Américains représentant 25,5%, la Suède 11,7%, les Finlandais 5,1%, la Russie 4,9% et la République tchèque 3,5%.

Bien que des sonneries d’alarme puissent retentir au Canada au cours de cette transition, la conclusion la plus notable est l’amélioration dans les autres pays pour réduire l’écart et continuer de mettre les joueurs d’élite en position de réussir. Il suffit de regarder la Suède, qui a doublé le nombre de joueurs qu’elle contribue à la LNH en 10 ans (5,6% en 2009-2010) malgré une population de hockeyeurs qui est à peu près de la même taille que celle de l’État du Michigan. .

L’importance du Canada pour le jeu est difficile à surestimer. Ils sont toujours le plus grand producteur de joueurs de haut niveau et il est peu probable qu’ils renoncent à ce titre bientôt. Il y a plus de patinoires et plus de possibilités d’exposition au jeu que tout autre pays peut rêver. Les États-Unis ont un avantage démographique, mais seule une petite fraction de cette grande piscine joue le sport. Le fait que les effectifs des puissances de hockey nord-américaines soient considérablement plus importants que les autres n’est pas une surprise, mais cela vaut la peine d’observer ce qui se passe avec des populations de hockey relativement petites en Finlande et en Suède, en particulier.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*