Un lobbyiste lié par Biden a acheté une propriété de l’île au frère de Biden et lui a accordé un prêt hypothécaire


Dossiers financiers examinés par Politico montrent que le frère de Joe Biden, James, a vendu l’une de ses trois parcelles de terrain dans les îles Vierges américaines avec un bénéfice substantiel à un lobbyiste bien connecté qui a ensuite accordé une hypothèque à James sur les deux parcelles restantes.

En mai 2005, James Biden a acheté un acre de terrain sur Water Island pour 150 000 $. Il a ensuite demandé et reçu une servitude pour diviser la propriété en trois parcelles, dont une qu’il a vendue au lobbyiste Scott Green – un employé du Sénat de Joe Biden depuis une décennie dans les années 1980 – pour 150 000 $. James avait initialement acheté les trois colis pour 150 000 $, ce qui signifie qu’il a récupéré son argent et a pu garder la majorité de la parcelle d’un acre pour lui.

Le cabinet de lobbying de Green, Lafayette Group – qui présente une photo de Green avec Biden sur son site Web et cite Biden approuvant Green – a remporté deux contrats gouvernementaux de la Federal Emergency Management Agency d’une valeur totale de 5,8 millions de dollars le 11 avril 2010.

Trois jours plus tard, Green a accordé une hypothèque de 133 300 $ à James Biden pour sa propriété Water Island restante. Dossiers immobiliers examinés “examinés par Politico montrent que Green a «reçu le paiement intégral et la pleine satisfaction» et a libéré l’hypothèque en septembre 2013.

Joe Biden et sa famille se sont rendus à Water Island à plusieurs reprises au cours de sa vice-présidence, mais ne sont pas restés sur les terres de son frère ou de Green, qui restent sous-développées.

Le Groupe Lafayette a gagné des dizaines de millions de dollars en contrats gouvernementaux au cours de son mandat de vice-président. Pendant son mandat au Sénat, Biden a également plaidé pour un certain nombre de domaines dans lesquels le lobbying de Green s’est recoupé, notamment un réseau à large bande pour les premiers intervenants et le programme à but non lucratif Education sur la résistance à l’abus des drogues (D.A.R.E.).

Plus de National Review

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*