Agnès Buzyn, une médecin tentée de longue date par l’aventure électorale


PORTRAIT – À 57 ans, la ministre démissionnaire saute enfin le pas. La voilà candidate comme chef de file du parti présidentiel dans la capitale, en remplacement de Benjamin Griveaux.

Avant les élections européennes de mai 2019, Agnès Buzyn avait songé à conduire la liste macroniste, avant de renoncer subitement, ne se sentant pas assez au point sur le fond des dossiers.
Avant les élections européennes de mai 2019, Agnès Buzyn avait songé à conduire la liste macroniste, avant de renoncer subitement, ne se sentant pas assez au point sur le fond des dossiers. GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

Cela fait longtemps que la tentation de faire de la politique la taraude. Avant les élections européennes de mai 2019, Agnès Buzyn songe à conduire la liste macroniste. Cette piste est vivement poussée par le patron du MoDem, François Bayrou. L’intéressée se prend au jeu, évoquant son envie de se consacrer à la «cathédrale» européenne. Emmanuel Macron la reçoit en tête à tête pour en parler. Et puis, plus rien. Agnès Buzyn renonce subitement, ne se sentant pas assez au point sur le fond des dossiers. «Je ne connais même pas les groupes parlementaires européens», s’excuse-t-elle en privé – la place vacante échoit alors à Nathalie Loiseau. Même hésitation ces dernières semaines, où son nom circule dans plusieurs arrondissements parisiens. Sans jamais aboutir.

À 57 ans, la ministre démissionnaire saute enfin le pas. La voilà candidate comme chef de file du parti présidentiel dans la capitale, en remplacement de Benjamin Griveaux. «J’ai toujours vécu dans cette ville, j’y ai élevé mes enfants,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

annulable à tout moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*