De plus en plus d’automobilistes boycottent le contrôle technique


Le durcissement des règles et des sanctions a fait chuter ces passages obligatoires l’an dernier.

Contrôle technique d’un véhicule dans un centre agréé.
Contrôle technique d’un véhicule dans un centre agréé. Richard DAMORET/REA/Richard DAMORET/REA

Par crainte de devoir faire de lourdes réparations et depuis que les règles se sont durcies, de plus en plus d’automobilistes se dérobent au contrôle technique. Pour la première fois, et alors que le parc automobile continue de croître, le nombre de ces visites obligatoires a chuté. L’année 2019 a ainsi marqué un net recul de 3,57 % soit 738.753 contrôles de moins qu’en 2018.

Face à cette baisse, le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) tire la sonnette d’alarme. Pour lui, ce non-respect des règles signifie que des milliers de véhicules, potentiellement dangereux mais aussi polluants, circulent sur les routes. Bien souvent en effet, ceux qui se soustraient aux règles roulent dans des guimbardes en bien piteux état. En cas de revenus modestes, le calcul est alors vite fait: autant prendre le risque de se faire épingler par les forces de l’ordre lors d’un contrôle aléatoire et de s’acquitter d’une amende de 135 euros. Ce sera bien moins onéreux que les coûteuses réparations

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

annulable à tout moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*