Les glaciers alpins pourraient disparaître d’ici à la fin du siècle


Conséquence du réchauffement climatique, la perte de volume de glace pourrait aller jusqu’à 95 % en 2100 selon les scientifiques.

À Chamonix, la mer de glace perd de sa surface au fil des ans.
À Chamonix, la mer de glace perd de sa surface au fil des ans. 103943113/NatureQualityPicture – stock.adobe.com

Avec le réchauffement climatique en cours, à quoi ressembleront les montagnes françaises à la fin du siècle? Une étude scientifique lancée à l’École polytechnique fédérale de Zurich (Suisse) et présentée en avril 2019 au congrès annuel de l’European Geosciences Union (EGU), à Vienne (Autriche), apporte une partie de la réponse en se penchant sur l’évolution des 3 900 glaciers des Alpes. Et les résultats ne sont guère rassurants pour les amoureux de grandes langues de glace qui descendent les flancs des montagnes.

D’après la modélisation menée par l’équipe suisse, la fonte va être très importante, et ce même si des efforts importants sont réalisés rapidement pour réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre sur l’ensemble de la planète. De 2017 à 2050, l’inertie du réchauffement en cours est telle que les glaciers des Alpes devraient perdre 50 % de leur volume, quelle que soit la vitesse du réchauffement.

Le réchauffement, facteur le plus influent

Après 2050, les pertes vont en revanche être très dépendantes de la vitesse

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 60% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

annulable à tout moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*