pourquoi le pape François a répondu par le silence


DÉCRYPTAGE – Le Saint-Père avait dit qu’il ne serait pas le pape de l’abolition du célibat sacerdotal. Le texte de son exhortation apostolique clôt-il définitivement le dossier? Analyse de notre expert Jean-Marie Guénois.

Le 27 janvier 2019, à son retour du Panama, François avait dit qu’il ne serait pas le pape de l’abolition du célibat sacerdotal.
Le 27 janvier 2019, à son retour du Panama, François avait dit qu’il ne serait pas le pape de l’abolition du célibat sacerdotal. GUGLIELMO MANGIAPANE/REUTERS

Il existe dans l’Église une science complexe qui s’appelle l’exégèse. Elle consiste à décrypter les textes bibliques pour en dégager le sens véritable. Le résultat apparent du synode sur l’Amazonie, publié le 12 février dans l’exhortation apostolique post-synodale de François, Chère Amazonie appelle une forme d’exégèse.

Factuellement, le texte du pape ne reprend rien de la fameuse «proposition» 111, votée à plus des deux tiers du synode des évêques, le 26 octobre 2019. Cette motion envisageait que des hommes «mariés», «diacres permanents», puissent être ordonnés prêtres pour résoudre le manque de pasteurs en Amazonie. Une mesure locale qui pouvait devenir «universelle», applicable à toute l’Église catholique.

Autre fait, le pape explique dans son document les deux raisons majeures qui rendent relatifs le manque de prêtres en Amazonie: il y a davantage de prêtres d’origine amazonienne aux États-Unis et en Europe qu’en… Amazonie ; les évêques latino-américains envoient trop peu de prêtres

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

annulable à tout moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*