Suivez la grève des transports contre la réforme des retraites


Invité ce lundi matin de RTL, le numéro un Medef Geoffroy
Roux de Bézieux s’est de nouveau inquiété sur le financement de la réforme des
retraites voulue par le gouvernement. «On a beaucoup de financement, pas
seulement à court terme jusqu’en 2027
», juge-t-il. Selon lui, nous avons «une
forme de blackout
» sur le sujet.

«J’espère que le premier ministre a la capacité de nous
répondre
», a-t-il répondu, au sujet de la conférence de financement qui s’ouvrira
demain. Selon lui, il faudra parvenir à s’entendre, même si le calendrier est
court. «Nous sommes obligés de trouver une solution en moins de deux mois a des problèmes qui se pose tous les jours»,
note-t-il. Le calendrier veut en effet que la conférence entre partenaires
sociaux se termine d’ici là pour voter la loi «avant fin avril». Une situation qui n’est «pas tenable», selon les termes du patron du Medef qui estime qu’«une loi qui passe sans
accord n’est jamais une bonne loi dans la durée
».

Il dit en outre être indifférent au  départ d’Agnès Buzyn du ministère de la Santé, actrice de la réforme des retraites jusqu’ici, en
partance pour l’élection municipale parisienne
. «On la voyait peu, pour être
honnête depuis trois mois, c’est le premier ministre qui s’occupe des retraites
».

» LIRE AUSSI – Réversion, droits familiaux, divorce: ce qui va changer dans le projet de loi

Invité parallèlement de la matinale de Radio Classique, le député LREM rapporteur général du projet de loi retraites Guillaume Gouffier-Cha exclut «personnellement le 49-3». Interrogé sur la pénibilité,
nerf sensible de négociation entre les syndicats et le gouvernement, le député
a précisé que l’exécutif restait «ouvert et vigilant sur le sujet en
cas de non accord de branche
».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*