Trump dit qu’il a le “ droit légal ” d’impliquer A.G.Barr dans des affaires pénales

Juste un jour après que le procureur général William Barr eut émis une critique rare à l’encontre du président Donald Trump, disant à ABC News que les tweets du président sur les affaires du ministère de la Justice “m’empêchaient de faire mon travail”, a déclaré vendredi Trump qu’il avait en effet le droit légal en tant que président de demander au procureur général d’intervenir dans une affaire.

Se référant à l’interview de Barr, dans laquelle le procureur général a déclaré que le président “ne m’a jamais demandé de faire quoi que ce soit dans une affaire pénale”, a tweeté Trump vendredi, “cela ne signifie pas que je n’ai pas, en tant que président, le droit légal pour ce faire, je le fais, mais j’ai jusqu’à présent choisi de ne pas le faire! »

Le tweet était le premier de Trump depuis que l’interview de Barr a été publiée en ligne jeudi.

Barr, se référant au tweet de Trump, a déclaré à ABC News: “Les déclarations publiques et les tweets faits sur le département, sur les gens du département, nos hommes et nos femmes ici, sur les affaires pendantes au département et sur les juges devant lesquels nous avons des affaires rendent cela impossible pour moi de faire mon travail et d’assurer les tribunaux et le ministère que nous faisons notre travail avec intégrité. “

Ses commentaires sont intervenus quelques jours après que le ministère eut infirmé les procureurs fédéraux dans l’affaire criminelle de Roger Stone, une décision qui avait abouti à la fermeture des quatre procureurs. Les procureurs ont recommandé lundi à Stone de sept à neuf ans de prison, une décision que Trump a qualifiée de “honteuse” sur Twitter mardi matin.

Barr a déclaré à ABC News que lui et son personnel avaient décidé de recommander une peine inférieure avant que Twitter ne tweete parce qu’ils pensaient que la peine recommandée était trop longue – mais les critiques du président les ont mis dans une situation difficile.

Après l’interview de Barr, la secrétaire de presse de la Maison Blanche, Stephanie Grisham, a déclaré dans un communiqué que “le président n’était pas du tout dérangé par les commentaires”, mais elle a indiqué que Trump ne limiterait pas ses tweets.

Trump, a-t-elle ajouté, “a le droit, comme tout citoyen américain, d’exprimer publiquement ses opinions”.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*