la Chine rejette “tout racisme” et promet “d’améliorer” ses méthodes

Plusieurs Africains vivant à Canton ont déclaré être victimes d’expulsions arbitraires et d’interdictions d’entrer dans des commerces. 

Sous forte pression diplomatique, la Chine a rejeté tout “racisme” et promis “d’améliorer” son traitement des Africains dans la ville de Canton (sud), qui se disent victimes de discrimination en raison du Covid-19. Les Etats-Unis avaient dénoncé la “xénophobie des autorités chinoises”. L’Union africaine (UA) avait exprimé le 11 avril son “extrême préoccupation” et appelé Pékin à “des mesures rectificatives immédiates”. 

“Mon bureau a invité l’ambassadeur de Chine auprès de l’UA M. Liu Yuxi pour lui exprimer notre extrême inquiétude au sujet des allégations de mauvais traitements d’Africains à Guangzhou (Canton)”, a indiqué le président de la commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat sur son compte twitter officiel.

Plusieurs Africains de Canton, particulièrement nombreux dans cette métropole de 15 millions d’habitants de la province du Guangdong (sud), ont déclaré ces derniers jours à l’AFP être victimes d’expulsions arbitraires et d’interdictions d’entrer dans des commerces.

Ils ont raconté avoir été chassés de leurs logements, puis refusés par des hôtels. Certains disent ainsi avoir été contraints de dormir dans les rues.

J’ai dû dormir sous un pont pendant quatre jours sans rien à manger. Je ne peux même pas acheter de nourriture, car aucun magasin ou restaurant ne m’accepteTony Mathias, étudiant ougandaisà l’AFP

Ces incidents sont survenus après que cinq Nigérians de Canton, testés positifs au Covid-19, se sont échappés de leur quarantaine. L’affaire avait déclenché un tollé et provoqué un déluge de commentaires xénophobes sur internet. 

Denny, un marchand nigérian expulsé de son appartement, dit avoir passé plusieurs jours dehors avant que des policiers ne le conduisent finalement en quarantaine dans un hôtel. “Même si on est testé négatif, la police ne nous autorise pas à rester dans notre appartement. Aucune raison n’est donnée”, assure-t-il à l’AFP.

“Les autorités du Guangdong attachent une grande importance aux préoccupations relevées récemment par certains de nos amis africains”, a indiqué dimanche 12 avril au soir Zhao Lijian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.“Elles s’efforcent d’affiner et d’améliorer sans tarder leurs méthodes de travail”, a-t-il souligné dans un communiqué.

Parmi les mesures annoncées figurent la fourniture de services de soins “sans discrimination”, la désignation d’hôtels pour les étrangers nécessitant un placement en quarantaine et des réductions de frais d’hébergement pour les personnes en difficulté financière.

“Par ailleurs, les autorités vont mettre en place un mécanisme de communication efficace avec les consulats étrangers à Canton. Elles s’opposent fermement à tout racisme et tout propos discriminatoire”, a précisé Lijian Zhao.

Les incidents à Canton peuvent surprendre, car la Chine entretient d’excellentes relations avec la plupart des Etats africains, dans lesquels elle a beaucoup investi ces vingt dernières années.

Le peuple chinois a toujours considéré le peuple africain comme un partenaire et un frère qui partage les mêmes difficultés et les mêmes problèmesZhao Lijian, porte-parole des Affaires étrangères

La Chine a désormais largement endigué l’épidémie de Covid-19. Mais elle reste sur le qui-vive face aux personnes arrivant de l’étranger, potentiellement porteuses du coronavirus et donc susceptibles de provoquer une deuxième vague épidémique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*