deux technologies testées pour lutter contre les commotions


La fédération internationale a lancé des expérimentations sur le suivi oculaire et les protège-dents connectés afin de mesurer les impacts et prévenir les blessures.

Depuis une dizaine d’années, les commotions cérébrales sont devenues un problème de santé majeur dans le rugby. Plusieurs mesures et un suivi renforcé ont été mis en place, mais les inquiétudes demeurent. Récemment, une centaine d’anciens joueurs victimes de troubles cérébraux ont lancé une action en justice contre la fédération internationale, World Rugby, et leur fédération nationale pour mauvaise prise en charge des commotions. Du côté de World Rugby, les inquiétudes nées des risques à long terme engendrés par les chocs à la tête sont néanmoins prises très au sérieux. Deux tests, sur deux saisons, sur deux technologies permettant de détecter et prévenir les commotions ont été lancés. Les technologies seront utilisées en parallèle du protocole commotion déjà en place (HIA, pour Head Injury Assessment, évaluation des traumatismes crâniens).

À l’issue de son symposium consacré à la santé des joueurs, l’instance internationale a annoncé mettre à l’étude la technologie du eye tracking (ou

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*