Kownacki: Se battre avec Whyte pourrait être comme Gatti-Ward


Vous seriez pardonné d’avoir oublié le dernier combat d’Adam Kownacki – en fait, il préférerait que ce soit ainsi. Le monde a beaucoup changé au cours des 13 mois depuis que Robert Helenius a remporté son record invaincu au Barclays Center, mais le joueur de 32 ans me convainc que son ambition est encore plus vive qu’avant.

En mars dernier, «Babyface» a subi son propre «Cauchemar nordique» devant le soutien des partisans de Brooklyn. Un quatrième tour dominant du finnois percutant, mais fané, a vu la fin de l’argument de manière dramatique. Les discussions sur les plans du titre – ainsi que ses yeux punis – ont été gelées au début de l’inquisition.

«La boxe est difficile, mec», me dit-il franchement depuis la Floride, où il envisage actuellement de déménager avec sa nouvelle famille grandissante. «En réalité, vous êtes aussi bon que votre dernier combat, et le mien a été une défaite par élimination directe. Mais je suis déterminé à revenir et à prouver que je fais partie des meilleurs de la division. Si je bat Helenius dans le match revanche, je crois que je suis de retour là où je veux être.

Où il veut être est de retour dans la conversation dans les échelons supérieurs de la division des poids lourds. La pandémie a crevé la chance d’une revanche avec Helenius le mois dernier, l’été étant désormais ciblé pour Kownacki pour se venger. Il est à l’aise en réfléchissant à sa perte professionnelle solitaire et comprend où des améliorations devront être apportées.

«J’ai essayé de réduire mon poids au cours de la dernière année», a-t-il expliqué. «Pour le moment, je pèse à peu près le même poids que pour le combat d’Helenius, donc une fois que nous aurons confirmé une date de combat, je peux prendre l’entraînement d’un cran et descendre à un poids plus confortable.

«Avec le recul, j’avais besoin d’être beaucoup plus patient dans ce combat. J’aurais dû prendre du recul et essayer de récupérer plutôt que de me précipiter dans le feu. Mais c’est ce que je fais; Je suis un combattant. C’est comme ça que je suis et j’avais hâte de revenir sur le pied avant.

«Ce n’était pas la chose la plus intelligente à faire, en particulier contre quelqu’un de la taille et avec la puissance d’Helenius. Il m’a frappé avec un bon tir fort et je ne pouvais rien y faire. J’ai appris de cela. Je n’ai pas toujours besoin de me précipiter. J’aurais dû rester derrière un double jab après avoir été bourdonné.

La perte a-t-elle fait mal? Bien sûr que oui. Kownacki est un fier combattant et regrette la perte de son bon travail antérieur dans la division.

«Ça faisait très mal. J’étais en ligne pour un combat pour le titre et dans le top cinq de la plupart des organismes de sanction, puis c’était comme si tout ce que j’avais accompli dans le passé n’avait plus d’importance. C’est nul. Mais avec la pandémie et la présence de mon fils nouveau-né, cela a certainement été une bonne distraction.

«Maintenant, j’ai eu le temps de réévaluer et de m’améliorer. Des choses comme se retrouver derrière le double jab, les mouvements de la tête et du haut du corps, ne pas toujours marcher directement dans les ennuis, etc. J’ai détourné les yeux du match lors du premier combat – le camp n’était pas le meilleur avec l’arrivée de mon fils, j’étais juste Passer par les motions.”

Si pour une raison quelconque le match revanche de Robert Helenius n’est pas le prochain, Kownacki comprend qu’il devra plonger profondément dans la division s’il veut regagner son stock. Le nom de Dillian Whyte a été mentionné récemment comme un adversaire possible pour “Babyface” et il tient à allumer cette flamme avec un vieil ami.

«Dillian Whyte est un bon mec, mec. Ce combat serait une bagarre. Je me suis entraîné avec Whyte dans l’un des camps de Wladimir Klitschko donc je le connais bien. Nous sommes tous les deux des gars ambitieux, donc cela dépendra de qui le mérite le plus.

«Dillian lance des bombes et vient se battre. Il essaie de vous sortir à chaque coup. Parfois, il a eu du mal à se lever pour certains combats – luttant dans les camps en particulier contre Mariusz Wach – mais je suis sûr que c’est quelque chose qu’il a maintenant corrigé.

«Cela pourrait entrer dans l’histoire, comme une sorte de slugfest de Gatti-Ward. Nous voulons tous les deux des coups de titre, donc si nous devons nous battre les uns contre les autres, qu’il en soit ainsi.

Lewis Watson est un écrivain sportif de Londres, au Royaume-Uni, et membre du BWAA. Suivez-le ou contactez-le sur Twitter @lewroyscribbles



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*