Les États-Unis imposent de nouvelles sanctions sévères à la Russie pour ingérence électorale et piratage


Le président Joe Biden a signé jeudi un décret imposant de nouvelles sanctions sévères à la Russie pour ingérence électorale présumée, piratage informatique et autres «activités malveillantes», y compris le renforcement militaire actuel en Ukraine et la persécution à l’étranger de dissidents tels qu’Alexei Navalny.

  • Les nouvelles mesures comprennent pour la première fois des sanctions financières de grande envergure, notamment une interdiction de la participation des institutions financières américaines au marché primaire des obligations libellées en rouble ou non.

  • Le département du Trésor américain a désigné six entreprises technologiques russes qu’il a accusées de soutenir les services de renseignement du pays et a bloqué les biens qu’elles ou leurs affiliés pourraient détenir aux États-Unis.

  • Dix diplomates russes ont été expulsés de l’ambassade de Washington. 32 institutions et individus ont été sanctionnés pour avoir tenté de se mêler de l’élection présidentielle américaine de 2020.

  • Les États-Unis ont également imposé des sanctions à ce qu’ils appelaient des «moyens de désinformation» contrôlés par les services de renseignement russes et ont renforcé les sanctions existantes contre le proche associé de Poutine, Yevgeny Prigozhin, l’ancien restaurateur accusé d’avoir orchestré l’ingérence dans la campagne électorale américaine de 2016 et de contrôler le mercenaire. soi-disant groupe Wagner.

  • Les sanctions sont en partie une réponse à la cyberattaque contre le logiciel SolarWinds, dévoilée en décembre, qui, selon les autorités américaines, a permis aux pirates russes d’accéder à des milliers d’entreprises et de bureaux gouvernementaux.

  • Biden a déclaré dans son décret que les activités de la Russie présentaient une «menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale, la politique étrangère et l’économie des États-Unis» et a déclaré «une urgence nationale pour faire face à cette menace».

  • L’annonce est intervenue deux jours après que Biden a appelé son homologue russe Vladimir Poutine pour lui faire part de ses préoccupations concernant ces problèmes, ainsi que sur le renforcement de l’armée russe aux frontières de l’Ukraine, et suggérer une réunion bilatérale.

Les perspectives: Poutine a toujours pris soin de paraître détendu après les précédents cycles de sanctions des États-Unis et de l’Europe, mais cette fois, cela pourrait être différent: la version Biden sera beaucoup plus coûteuse pour l’économie russe, même si la réduction des échanges de la dette russe sur les marchés internationaux n’affecte pour l’instant que le marché primaire, c’est-à-dire l’émission initiale d’obligations.

En outre, le large éventail de raisons invoquées pour les sanctions – qui comprennent «les activités extraterritoriales visant des dissidents ou des journalistes», ainsi que les tentatives de «saper la sécurité dans les pays et régions importants pour les États-Unis» et la violation de «principes bien établis du droit international », semblent montrer que Biden est déterminé à garder ses options ouvertes pour renforcer encore les sanctions.

On peut s’attendre à ce que la Russie riposte, notamment avec une décision directe sur l’expulsion des diplomates, mais elle n’a pas la puissance financière nécessaire pour nuire à l’économie américaine.

Les responsables américains ont indiqué que les alliés européens avaient été tenus informés de la série de sanctions en cours, mais la question est maintenant de savoir s’ils imiteront la décision de Washington, ce qui élargirait son impact.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*