Les officiels olympiques maintiennent l’interdiction des athlètes qui manifestent sur le terrain ou sur la tribune


Les athlètes olympiques ne seront pas autorisés à prendre un genou, à lever le poing ou à manifester d’une autre manière sur les terrains de jeu ou sur les podiums des médailles, a déclaré mercredi le Comité international olympique dans une annonce confirmant son interdiction actuelle des manifestations politiques.

Il est depuis longtemps interdit aux athlètes olympiques de faire des déclarations politiques ou des manifestations lors des Jeux d’été ou d’hiver, mais le CIO a réexaminé la question dans une étude de 11 mois après qu’une nouvelle vague d’athlètes militants ait pris des positions publiques sur des questions allant du sexisme au sexisme le racisme aux droits de l’homme.

Mais pour «protéger la neutralité du sport», le CIO a déclaré que la règle restera inchangée, après qu’un sondage auprès de plus de 3500 athlètes de 185 pays a révélé que 70% pensaient que les manifestations étaient inappropriées sur le terrain de jeu et 67% se sont opposés aux manifestations sur la médaille des stands.

“Le CA du CIO est très préoccupé par le risque de politisation des athlètes et le risque que les athlètes soient soumis à des pressions extérieures”, a déclaré l’organisation dans un communiqué. «Il est important de protéger les athlètes des conséquences potentielles d’être placés dans une position où ils pourraient être forcés de prendre une position publique sur une question nationale ou internationale particulière, quelles que soient leurs croyances.

Le CIO et sa commission des athlètes ont déclaré qu’ils «soutenaient pleinement la liberté d’expression», mais ont déclaré que les protestations ou les déclarations politiques sont plus appropriées lors des conférences de presse et des entretiens, lors des réunions d’équipe ou sur les réseaux sociaux.

«Le but de cette large sensibilisation était de dialoguer avec les athlètes et d’entendre leurs réflexions sur les opportunités existantes et nouvelles d’exprimer leur point de vue aux Jeux Olympiques ainsi qu’en dehors des Jeux», Kirsty Coventry, ancienne nageuse médaillée d’or olympique et président actuel de la commission des athlètes du CIO, a déclaré dans un communiqué. «Nous voulons amplifier la voix des athlètes et trouver plus de moyens de soutenir les valeurs des Jeux Olympiques et ce que le sport représente.»

Le CIO n’a pas précisé comment les athlètes seraient punis ou pénalisés s’ils protestaient de toute façon, disant seulement qu’ils seraient traités au cas par cas.

En décembre, le Comité olympique et paralympique américain a déclaré qu’il ne punirait pas les athlètes qui protestent pacifiquement contre les questions de justice sociale aux Jeux olympiques.

Les Jeux olympiques d’été de Tokyo, qui ont été reportés par la pandémie l’année dernière, devraient débuter le 23 juillet.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*