Montpellier évite le piège de Canet-en-Roussillon / Coupe de France (1/4 de finale)


Bousculé par le petit poucet et à dix pendant plus d’une heure, Montpellier a trouvé les ressources pour éliminer Canet-en-Roussillon et composter son ticket pour les demi-finales de la Coupe de France (2-1).

Après les héros de Rumilly Vallières, vainqueurs de Toulouse en début de soirée (2-0), Canet-en-Roussillon avait dessiné les contours d’un nouvel exploit, cette fois-ci contre Montpellier. La formation de National 2 a largement répondu aux attentes, mais sa copie très consistante n’a pas suffi pour faire tomber un MHSC chevronné et plus réaliste.

Un scénario rêvé pour Canet-en-Roussillon

Le premier acte a pourtant offert un scénario rêvé aux tombeurs de l’OM. On se souviendra notamment de ces 3 minutes folles, où les locaux ont bien failli sceller leur qualification avec une double-peine pour des Montpelliérains mal entrés dans leur match. Lancé dans l’espace, Vercruysse s’est joué du vétéran Hilton avant d’obtenir un penalty avec la roublardise d’un pro, provoquant au passage l’expulsion du capitaine de la Paillade. Ouadoudi n’a pas tremblé pour le transformer avec autorité (1-0, 25e). Canet-en-Roussillon faisait donc la course en tête à la pause, le buteur s’offrant même une autre opportunité nette, au même titre que Posteraro (45e).

Andy Delort sauve Montpellier du traquenard

Par la suite, l’équipe de Farid Fouzari a été plombée par sa candeur, comme rattrapée par sa réalité. Andy Delort a endossé le costume du bourreau. Il en faut toujours un, dans un match de coupe. L’international algérien a d’abord égalisé d’un but de renard en profitant d’un coup-franc rapidement joué par Ferri (1-1, 60e), avant de libérer Montpellier en transformant un penalty provoqué par Wahi (1-2, 85e). Entre temps, l’équipe amatrice n’avait pas démérité en se procurant plusieurs situations intéressantes. Mais il a manqué un zeste de réalisme au petit poucet dans ses temps forts. L’aventure s’arrête là pour Canet-en-Roussillon, grand nom de cette édition si atypique de Coupe de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*