«Je ne garde pas un souvenir amer de Rio»

[ad_1]

Double champion du monde en titre de triathlon, le Français visera l’or à Tokyo. Rencontre avec un athlète de 32 ans à son apogée.

Vincent, comment vous sentez-vous au moment de vivre vos troisièmes Jeux olympiques ?
Vincent Luis : Cela va impeccable. J’ai senti que ma forme montait et tout s’est bien passé. C’est un bon moment pour le corps de sentir les bienfaits de la préparation, après un travail physique très intense. C’est la meilleure période.

Comment gérez-vous le fait d’être le grand favori de ce triathlon, du fait de vos deux derniers titres de champion du monde notamment ?
Franchement, ça va. Je ne serais pas tout seul, il y a plusieurs favoris selon moi. Mais comme vous l’avez dit, comme cela fait deux ans que je remporte les Championnats du monde, je commence d’une certaine façon à avoir l’habitude d’être attendu à chaque fois. Cela ne me dérange pas trop et mes deux titres mondiaux m’aident à aborder l’esprit plus libre mes compétitions, car j’estime ne plus avoir la même obligation de performer qu’auparavant, au sens où personne ne m’enlèvera plus ces titres. Pour les Jeux, je sais que si

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*