Mon mari « sournois » conserve notre entreprise immobilière de 3,5 millions de dollars en son nom uniquement. Je ne veux pas être expulsé s’il doit mourir


Cher Quentin,

Mon deuxième mari et moi avons acheté une grande propriété et l’avons transformée en un restaurant et un terrain de camping à succès.

Tous les biens, et à peu près tout ce que nous possédons, sont titrés dans la société par actions. Son nom est le seul sur la propriété de l’entreprise.

Nous avons tous les deux signé des notes de dette et j’ai demandé que mon nom soit ajouté à l’acte de propriété ou à la société.


“Il veut que je signe une autre note pour apporter des améliorations.”

Il ne l’a jamais fait. Maintenant, il veut que je signe une autre note pour apporter des améliorations. J’ai dit non et je maintiens fermement que j’ai besoin de protection s’il décédait soudainement (nous poussons 60).

Et s’il décidait de divorcer ? Comment serai-je protégé ? Il me dit que tout va bien et que ces problèmes ne seront jamais un problème pour moi.

Nous avons tous les deux des enfants de précédents mariages. Nous nous entendons tous très bien, mais cette propriété est très précieuse (d’une valeur estimée à 3,5 millions de dollars avec seulement 200 000 $ de dettes).

Nous vivons également sur la propriété. Je ne veux pas être expulsé s’il devait mourir.

Épouse de Shifty Conjoint

Vous pouvez envoyer un e-mail à The Moneyist avec toutes les questions financières et éthiques liées au coronavirus à qfottrell@Crumpe.com, et suivre Quentin Fottrell sur Twitter.

Chère femme,

C’est contrôler le comportement et vous avez raison de tenir bon. Ne signez pas un autre billet à ordre jusqu’à ce que votre nom figure sur l’acte de propriété et la société. Vous devriez également demander à voir les comptes. Vos finances sont en jeu si cette entreprise fait faillite, tout comme celle de votre mari. Actuellement, il a le plein contrôle sur les flux de trésorerie. Vous encourez la moitié du risque, sans aucune intervention.

Les États de répartition équitable divisent équitablement les biens conjugaux et les États de propriété communautaire divisent les biens conjugaux à 50/50. Pour répondre à votre question : Cette entreprise a été créée pendant votre mariage et avec des fonds matrimoniaux. Dans le cas où vous deviez divorcer, d’autant plus que vous avez signé des prêts, un juge vous considérerait comme un propriétaire égal.

Votre mari vous a déjà donné des raisons de ne pas faire confiance à sa gestion financière. Le National Endowment for Financial Education a mené une enquête sur la soi-disant infidélité financière en 2018 et a révélé que plus de 40 % des adultes américains qui combinent leurs finances avec un partenaire ou un conjoint ont admis avoir commis des «tromperies financières» contre leur mari ou leur femme.

“Bien trop souvent, un conjoint a recours à des tactiques sournoises pour cacher de l’argent ou des biens à l’autre – cacher de l’argent en secret, vider des comptes bancaires, céder des biens à des proches, sous-estimer les revenus et surestimer les dépenses – généralement dans le but de tromper l’autre une part légale des actifs ou pour minimiser le montant de la pension alimentaire à payer, ou les deux », ajoute-t-il.

Consultez un avocat dès maintenant et n’attendez pas que votre mari vous donne plus d’excuses. Étant donné que c’est le deuxième mariage pour vous deux, je suppose que votre mari envisage de laisser cette entreprise à ses enfants. Il ne pourra laisser la part de cette entreprise qui lui appartient qu’à ses propres enfants. En tant que partie prenante, il est important que vous connaissiez les livres par cœur.

En envoyant vos questions par e-mail, vous acceptez qu’elles soient publiées de manière anonyme sur Crumpe. En soumettant votre histoire à Dow Jones & Company, l’éditeur de Crumpe, vous comprenez et acceptez que nous puissions utiliser votre histoire, ou des versions de celle-ci, dans tous les médias et plateformes, y compris via des tiers.

Découvrez le Facebook privé Moneyist groupe, où nous cherchons des réponses aux problèmes d’argent les plus épineux de la vie. Les lecteurs m’écrivent avec toutes sortes de dilemmes. Postez vos questions, dites-moi ce que vous voulez en savoir plus, ou pesez-vous sur les dernières colonnes Moneyist.

Le Monétaire regrette de ne pouvoir répondre individuellement aux questions.

Plus de Quentin Fottrell:

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*