Le diffuser ou le sauter ?


La première plongée de la franchise Star Trek dans l’animation depuis des décennies, Ponts inférieurs, a eu du succès parce qu’il s’est moqué de tout ce qui fait de la franchise une telle attraction pour ses fans. Sa nouvelle incursion dans l’animation Star Trek : Prodige, fait quelque chose de différent : il crée un tout nouveau type d’équipage, mais leur donne les conseils d’un visage et d’une voix très familiers pour randonnée Ventilateurs. Lisez la suite pour en savoir plus.

Coup d’ouverture : Plans de nébuleuses et d’étoiles, avec les souches d’ouverture du Star Trek thème. Ensuite, nous voyons des cristaux extraits sur une planète prison.

L’essentiel: Dans la colonie pénitentiaire de Tars Lamora dans le quadrant Delta, un adolescent prisonnier nommé Dal (Brett Gray) commence à discuter avec des codétenus et des gardiens. Personne ne peut le comprendre parce que le chef de la colonie, The Diviner (John Noble), a désactivé tous les traducteurs universels. Le bras droit et exécuteur du devin, Drednok (Jimmi Simpson), cherche des informations auprès de Dal sur le prisonnier zéro (Angus Imrie), qui est en liberté dans la colonie.

Alors que Zero désactive le réseau alimentant les menottes du prisonnier, Dal voit sa chance de s’échapper et vole un transporteur au mécanicien adolescent Jankom Pog (Jason Mantzoukas). Il s’en sort presque, mais se retrouve devant The Diviner, qui charge sa fille prodige Gwyn (Ella Purnell), qui parle plusieurs langues, d’obtenir des informations sur Zero auprès de Dal.

Dal est envoyé profondément dans la colonie sur son nouveau détail de travail, attaché à un grand Birkar nommé Rok-Tahk (Rylee Alazraqui). Après un accident dans la mine, Dal et Rok-Tahk sortent des rochers pour voir qu’un vaisseau spatial massif et brillant a été révélé. Le navire s’appelle le USS Protostar, et quand Rok-Tahk découvre un traducteur, Dal découvre que la créature massive et forte ressemblant à un rocher n’est qu’un petit enfant. Ils découvrent également que Zero, qui lit dans les pensées, s’est caché sur le navire, à la recherche de personnes pour l’aider à s’échapper.

Ils ont besoin d’un ingénieur, alors ils recrutent Jankom Pog, et Rok-Tahk fait venir une créature gélatineuse nommée Murf (Dee Bradley Baker), qui a un goût prononcé pour les pièces de navire. Dal est attrapé par Drednok, mais il est ensuite autorisé à s’échapper pour pouvoir conduire Drednok à Zero. Mais lorsqu’ils sont confrontés sur le site de la Protoétoile, l’équipe combat Drednok et ses sbires, et suit le plan de Dal pour kidnapper Gwyn, aussi mauvais que ce plan semble être.

Ils s’échappent finalement et le groupe, qui sait à peine ce qu’ils font, rencontre le programme d’entraînement holographique du navire, sous la forme de la légendaire capitaine de la Fédération Kathryn Janeway (Kate Mulgrew).

Star Trek : Prodige
Photo : Nickelodeon/Paramount+

Quelles émissions cela vous rappellera-t-il ? Star Trek : Prodige a plus d’un Star Wars : Le mauvais lot sentir, au moins dans le premier épisode, qu’un Star Trek ressentir. Mais cela change un peu une fois que le groupe hétéroclite rencontre Janeway holographique.

Notre avis : Il ne faut pas trop de temps pour comprendre que Star Trek : Prodige est différent de tout dans le randonnée canon, et c’est ce qui nous a immédiatement séduits, ainsi que l’impressionnante animation CGI de la série. Les showrunners Kevin et Dan Hageman et le réalisateur Ben Hibon ont créé un monde autonome à bien des égards, mais à travers le Protoétoile et Janeway, relie l’équipe hétéroclite à la Fédération de manière à donner aux nouveaux venus dans la franchise une bonne introduction à celle-ci.

Pourquoi cette émission voudrait-elle s’adresser aux nouveaux arrivants d’une franchise de 55 ans ? Parce que Prodige a été créé comme un véhicule Nickelodeon, et le nom du réseau pour enfants est bien visible dans le générique d’ouverture (vu à la fin du premier épisode). Il s’adresse aux enfants intelligents et leur donne des personnages auxquels ils peuvent s’identifier et s’enraciner sans avoir besoin de connaissances préalables randonnée ou sa chronologie est un excellent moyen de leur donner une introduction accessible à la franchise. Alors que l’hologramme Janeway enseigne à Dal et à son équipage comment naviguer dans un vaisseau spatial et les voies de la Fédération, les enfants qui regardent apprendront également.

Mais l’animation, l’écriture et les séquences d’action rendent le spectacle également accessible aux Trekkers. La performance de Mulgrew en tant que version légèrement plus sage de Voyageur‘s Janeway fonde le spectacle dans randonnéede l’univers, mais juste assez pour ne pas l’embourber dans les tendances plus sèches et plus bavardes de la franchise. Le premier épisode est plein d’action bien conçue qui augmente la tension et maintient tous les téléspectateurs engagés, qu’ils soient enfants ou adultes.

Depuis le randonnée la franchise a été si douée pour créer des aventures individuelles pour se marier à l’arc narratif global, nous nous attendons à voir l’équipe ersatz du Protoétoile entrer et sortir du danger chaque semaine, probablement renfloué par le capitaine holographique. C’est une façon amusante d’étendre la franchise qui donne aux scénaristes de la série beaucoup de place pour expérimenter.

À quelle tranche d’âge s’adresse-t-il ? : Parce qu’il y a beaucoup d’intensité et de tir de type “pew pew”, Prodige est plus pour la foule de 10 ans et plus.

Coup de départ : Le devin, hors de son réservoir, respire bruyamment et crie à Drednok, “Prends-moi un navire !”

Étoile du dormeur : James Noble va être un grand méchant fantastique en tant que The Diviner, principalement parce qu’il est un grand méchant quel que soit le rôle qu’il occupe.

Pont de ligne pilote : Aucun que nous avons pu trouver.

Notre appel : Streamez-le. Star Trek : Prodige met en place une histoire amusante qui n’est que quelque peu liée au grand canon de la randonnée franchise, mais avec l’ajout de Mulgrew, rend le spectacle accessible aux nouveaux arrivants et randonnée fans pareils.

Joël Keller (@joelkeller) écrit sur la nourriture, le divertissement, la parentalité et la technologie, mais il ne se leurre pas : c’est un drogué de la télévision. Ses écrits ont été publiés dans le New York Times, Slate, Salon, RollingStone.com, VanityFair.com, Fast Company et ailleurs.

Flux Star Trek : Prodige Sur Paramount+

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*