Opinion : Vous voulez battre les experts des fonds de pension ? Pense comme un idiot


En janvier, j’ai écrit cette chronique sur les « actifs les plus détestés » parmi les professionnels de l’investissement à gros capitaux. Les investissements qui étaient boudés par les dirigeants des plus grands fonds de pension du monde.

Ces actifs étaient des bons du Trésor, des obligations, des actions énergétiques, des actions de consommation courante, des fiducies de placement immobilier, des actions japonaises et des actions britanniques.

Ce sont les investissements que «l’argent intelligent» a dit que vous devriez éviter. Les choses qu’ils ont dit qu’il faudrait être un idiot pour les posséder à l’horizon 2021. Ceci était basé sur la dernière enquête complète menée par BofA Securities, dans laquelle ils ont interrogé des centaines de meilleurs gestionnaires de fonds du monde entier, gérant collectivement environ la moitié d’un milliards de dollars d’actifs d’autrui.

Que s’est-il passé ensuite ?

Imaginons que le premier jour de bourse de 2021, vous décidiez d’investir votre argent dans ces sept investissements – qui étaient accessibles à tout le monde via des fonds négociés en bourse simples et à faible coût tels que le Goldman Sachs Access Treasury 0-1 Year GBIL,
,
Vanguard World Bond BNDW,
-0,03%,
iShares Global Energy IXC,
-1,09 %,
iShares Global Consumer Staples KXI,
-0.30%,
iShares Global REIT REET,
-1,05 %,
Franklin FTSE Japon FLJP,
-0,27%
et Franklin FTSE Royaume-Uni FLGB,
-0,62 %.

Appelons cela le « Portfolio des idiots ».

Ensuite, disons que vous êtes parti aux Bahamas pour 10 mois de soleil et de plaisir, et que vous venez de revenir à votre bureau, d’allumer votre ordinateur, de vous connecter à votre compte de placement et de vérifier votre portefeuille.

Comment as-tu fait ? Toutes nos félicitations! À ce jour, vous êtes en hausse de 13,9%. Cela inclut les gains de prix et les dividendes.

Les idiots gagnent !

Milliman, HFR, FactSet.

Bien sûr, il ne suffit pas de savoir que vous gagnez (ou perdez) de l’argent, mais comment vous vous comparez aux autres. Et ici, nous avons de bonnes informations. Selon les analystes de fonds de pension Milliman, les plus grands fonds de pension gérés par des entreprises américaines ont enregistré un rendement sur investissement jusqu’à fin septembre de… 5,2%.

C’est à peine un tiers du rendement de notre « Idiot’s Portfolio ». Combien ces types sont-ils payés ? Combien de longues nuits passent-ils à se pencher sur des feuilles de calcul ? Combien d’heures interminables passent-ils en réunion ? Combien de consultants recrutent-ils ?

Pendant ce temps, le chiffre des fonds de pension publics – ceux gérés pour le compte des États, des villes, des enseignants, etc. – n’est guère meilleur. Ici, Milliman n’offre jusqu’à présent des données que jusqu’à la fin du deuxième trimestre, mais comme les marchés boursiers et obligataires étaient plutôt stables au troisième trimestre, cela ne fera pas beaucoup de différence. Au 30 juin, ces gars étaient en hausse d’environ 6,4% en moyenne, soit moins de la moitié des Idiots.

Il va sans dire que les Idiots écrasent également votre hedge fund typique à frais élevés. L’indice HFRI « composite » largement utilisé des hedge funds est en hausse de 9,7 %, et l’indice pondéré en fonction des actifs plus significatif, qui mesure ce que les investisseurs en hedge funds gagnent réellement sur l’argent réel, est en hausse de 6,2 %.

C’est la moitié du rendement de notre portefeuille d’idiots.

Le Portefeuille des Idiots est composé de près de 30 % de liquidités et d’obligations. Pourtant, il a toujours battu ces portefeuilles indiciels «équilibrés» à faible coût que vous n’êtes pas censé être en mesure de battre. Un portefeuille de 60 % d’actions mondiales et 40 % d’obligations mondiales (par exemple, en utilisant Vanguard World Stock VT,
-0,23%
et World Bond BNDW,
-0,03%
ETF) est en hausse de 9,4 % depuis le début de l’année. Bien derrière.

Vous auriez fait mieux – un rendement de 12,4 % – si vous vous en étiez tenu aux actions et obligations américaines. Mais si vous utilisiez également des fonds américains plutôt que mondiaux dans le portefeuille d’Idiot – par exemple en utilisant des FPI et des actions énergétiques américaines au lieu de fonds mondiaux – le portefeuille d’Idiot ferait encore mieux cette année, gagnant plus de 16%.

S’il y a un point à retenir de cet exercice fantaisiste pour le reste d’entre nous, c’est un point que m’a fait récemment un grand professeur de recherche médicale. La finance, a-t-il suggéré, devrait être considérée comme une « branche de la biologie ». Les marchés sont fortement influencés par la psychologie des foules et la pensée de groupe. Comme les foules peuvent être tristement célèbres, voire grotesquement irrationnelles, il y a très peu de raisons de supposer que nous devrions simplement les suivre aveuglément, même si la plupart des gens le font. Les actifs les plus impopulaires auprès des professionnels de l’investissement sont susceptibles d’être sous-évalués précisément parce que personne n’ose les posséder. Les contraires peuvent vraiment battre le marché, et souvent ils le font, bien que peu aient l’audace et le culot.

Oh, et que le dossier montre que de tous les actifs mis à la poubelle par les gestionnaires de fonds en janvier, les moins populaires étaient les actions énergétiques. Le fonds iShares Global Energy composé de grandes actions pétrolières et gazières a augmenté de 48% jusqu’à présent cette année, et les majors énergétiques américaines encore plus.

Le 20 avril 2020, alors que la crise du COVID-19 se déroulait à travers la planète, il y avait soudainement tellement de surplus de pétrole brut autour que les prix du pétrole sont devenus négatifs pour la première fois jamais enregistrée. À l’époque, seul un idiot aurait parié sur le pétrole, non ?

Eh bien, si vous étiez sorti ce jour-là et aviez investi dans le fonds Energy Select Sector SPDR Fund XLE,
-0,66 %,
qui suit les grandes actions pétrolières américaines, vous seriez en hausse de 89 %. C’est bien en avance sur tout ce qui est comparable, et bien en avance sur le S&P 500.

Ou prenez le 31 août de l’année dernière, lorsque le pétrole était si démodé à Wall Street qu’Exxon Mobil XOM,
+0.25%
a été expulsé du Dow Jones Industrial Average. Encore une fois, seul un idiot l’aurait acheté.

Depuis, le Dow Jones DJIA,
+0.25%
a gagné 28% dividendes inclus. Exxon ? Oh, 72%, ou plus du double.

Parfois, c’est payant d’être un idiot.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*