Le Canada a secrètement traqué 33 millions de téléphones pendant le verrouillage


Le gouvernement fédéral du Canada a admis avoir surveillé secrètement les mouvements de sa population pendant le verrouillage de COVID-19 en suivant 33 millions de téléphones.

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a suivi clandestinement les appareils pour évaluer «la réactivité du public pendant les mesures de verrouillage», a reconnu l’agence la semaine dernière, selon Blacklock’s Reporter, qui a d’abord signalé la divulgation.

La population totale du Canada s’élève à 38 millions de personnes, selon Statistique Canada.

« Des preuves proviennent de nombreuses sources, de pays du monde entier, que ce qui était considéré comme une énorme augmentation de la surveillance – après le 11 septembre – est maintenant complètement éclipsé par la surveillance pandémique », David Lyon, auteur de « Pandemic Surveillance » et le ancien directeur du Centre d’études de surveillance de l’Université Queen’s en Ontario, a déclaré au National Post.

Selon un représentant anonyme, l’ASPC poursuivra le suivi pendant au moins cinq ans.
Shutterstock / Dmitrii_Smirnov

L’ASPC a acheté des données de localisation et de mouvement au géant canadien des télécommunications Telus pour « comprendre les liens possibles entre le mouvement des populations au Canada et la propagation de COVID-19 », a déclaré un porte-parole de l’agence, selon le journal.

L’organisation de santé publique prévoit de continuer à suivre les mouvements de population pendant au moins les cinq prochaines années pour contrôler “d’autres maladies infectieuses, la prévention des maladies chroniques et la santé mentale”, a déclaré le représentant anonyme.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*