Êtes-vous redevable de l’impôt minimum de remplacement « redouté » ? Lisez ceci avant de déclarer vos impôts


La loi de 2017 sur les réductions d’impôt et l’emploi (TCJA) a rendu les règles de l’impôt minimum de remplacement (AMT) beaucoup plus conviviales pour les contribuables pour 2018-2025 et a considérablement réduit les chances que vous soyez redevable de l’impôt. Et si vous devez toujours l’AMT redoutée, vous devrez probablement un peu moins qu’avant. Cela dit, si vous aviez beaucoup de revenus en 2021, provenant de gains en capital ou autre, vous pourriez être exposé.

L’AMT est un régime fédéral d’impôt sur le revenu distinct ayant un air de famille avec le régime fédéral régulier d’impôt sur le revenu, plus familier. La différence, c’est que le régime de l’AMT impose certains types de revenus qui sont libres d’impôt dans le régime régulier et interdit certaines réductions auxquelles vous pouvez prétendre dans le régime régulier.

Pour calculer l’AMT, vous commencez avec un revenu imposable calculé selon les règles fiscales habituelles, puis vous effectuez diverses additions et soustractions pour refléter les différentes règles de l’AMT. Le résultat est votre revenu AMT. Si l’IMR basée sur ce revenu dépasse votre montant d’impôt régulier, vous devez le montant le plus élevé.

Les taux

Dans l’état actuel des choses, le taux maximal de l’IMR n’est « que » de 28 % par rapport au taux d’imposition régulier maximal de 37 %.

Pour 2021, le taux d’AMT maximal de 28 % entre en vigueur lorsque le revenu d’AMT dépasse 199 900 $ pour les couples mariés déclarant conjointement et 99 950 $ pour les autres.

Pour 2022, les seuils de taux de 28 % sont respectivement de 206 100 $ et 103 050 $.

En deçà de ces seuils, le taux de l’AMT est de 26 %.

Point clé: La législation proposée augmenterait certains taux d’imposition réguliers pour certaines personnes à revenu élevé. Si cela se produit, je ne pense pas que les taux plus élevés entreraient en vigueur avant 2022.

Dérogations

En vertu des règles de l’AMT, vous avez droit à une exonération de l’AMT ajustée en fonction de l’inflation (en fait une déduction), qui est soustraite dans le calcul de votre revenu de l’AMT. La TCJA a considérablement augmenté les montants d’exemption pour 2018-2025.

Pour 2021, les montants d’exemption sont de 114 600 $ pour les déclarants conjoints mariés, de 73 600 $ pour les particuliers non mariés et de 57 300 $ pour les particuliers mariés qui produisent des déclarations distinctes.

Pour 2022, les montants d’exemption sont de 118 100 $, 75 900 $ et 59 050 $, respectivement.

Votre exonération est progressivement supprimée lorsque votre revenu AMT dépasse le seuil applicable, mais la TCJA a considérablement augmenté ces seuils pour 2018-2025.

Suppressions progressives des exemptions

À des niveaux élevés de revenu AMT, votre exonération de l’AMT est progressivement supprimée (réduite ou supprimée). Plus précisément, votre exonération est réduite de 25 % de l’excédent de votre revenu AMT sur le seuil d’élimination graduelle applicable. Heureusement, la TCJA a considérablement augmenté les seuils d’élimination progressive à des niveaux où la plupart des gens ne sont pas affectés.

Pour 2021, le seuil de suppression progressive est de 1 047 200 $ pour les déclarants conjoints mariés et de 523 600 $ pour les autres catégories de dépôt.

Pour 2022, les seuils d’élimination sont respectivement de 1 079 800 $ et 539 900 $.

Facteurs de risque de TMA

Divers facteurs interagissants rendent difficile de déterminer exactement qui sera touché par l’AMT et qui s’échappera. Mais voici les signes de danger les plus courants dans la version actuelle de l’AMT qui s’applique pour 2018-2025.

Revenu substantiel de gains en capital ou autre

Lorsque vous avez un revenu élevé, quelle qu’en soit la source, cela peut entraîner l’élimination partielle ou totale de votre exonération de l’AMT, ce qui augmente les chances que vous deviez payer l’AMT. Beaucoup de gens déclareront d’importants gains en capital sur leurs déclarations de revenus 2021 à produire, ce qui augmente leur exposition à l’AMT.

Comme je viens de l’expliquer, la TCJA a augmenté à la fois les montants d’exemption et les niveaux de revenu où ils commencent à être progressivement supprimés. C’est utile si vous avez beaucoup de revenus en 2021, mais cela ne vous exonère pas nécessairement de l’AMT.

De plus, le fait que la TCJA ait abaissé cinq des sept taux d’imposition fédéraux réguliers tout en laissant les taux d’IMR à 26 % et 28 % augmente les chances de devoir l’IMR.

Déductions détaillées pour les impôts nationaux et locaux(SEL)

Si vous détaillez, vous pourriez déduire entièrement le SALT en vertu des règles fiscales régulières pré-TCJA. Mais vous n’avez jamais pu les déduire en vertu des règles de l’AMT. Pour 2018-2025, la TCJA limite votre déduction fiscale détaillée pour les impôts sur le revenu et les impôts fonciers nationaux et locaux combinés à 10 000 $, ou 5 000 $ si vous utilisez le statut de déclaration de mariage séparé. Ainsi, pour 2018-2025, ce facteur de risque AMT est réduit, car les déductions détaillées autorisées pour les impôts étatiques et locaux sont si limitées.

Point clé: La législation proposée permettrait des déductions SALT beaucoup plus importantes pour les détaillants. Si ce changement devient loi, ce facteur de risque reviendra en force.

Déductions d’exemption personnelles et pour personnes à charge

Ces déductions ont toujours été complètement interdites en vertu des règles de l’AMT. Cependant, pour 2018-2025, les déductions d’exemption personnelle et pour personne à charge sont suspendues par la TCJA. Donc, pour l’instant, ce facteur de risque AMT a disparu.

Exercice d’options d’achat d’actions incitatives (ISO)

Les options d’achat d’actions incitatives (ISO) sont un bon avantage pour les employés, mais l’exercice d’une ISO dans la monnaie a des conséquences fiscales fédérales. L’élément dit d’aubaine (la différence entre la valeur marchande des actions à la date d’exercice et votre prix d’exercice ISO) ne compte pas comme un revenu selon les règles fiscales ordinaires, mais il compte comme un revenu selon les règles AMT. Ce facteur de risque AMT existe toujours en vertu de la loi actuelle.

Déductions pour intérêts sur la valeur nette d’un logement

Avant la TCJA, vous pouviez déduire les intérêts jusqu’à 100 000 $ du solde des prêts sur valeur domiciliaire. Mais en vertu des règles de l’AMT, vous ne pouviez déduire ces intérêts que dans la mesure où le produit du prêt a été utilisé pour acheter ou améliorer votre première ou votre résidence secondaire.

Pour 2018-2015, la nouvelle loi interdit généralement les déductions détaillées pour les intérêts des prêts sur valeur domiciliaire. Cependant, dans certains cas, il sera possible de considérer un prêt sur valeur domiciliaire comme générant des intérêts de résidence admissibles déductibles si vous avez utilisé le produit du prêt pour acquérir ou améliorer votre résidence principale ou secondaire et que votre dette hypothécaire totale, y compris le prêt sur valeur domiciliaire, ne ne pas dépasser 750 000 $, ou 375 000 $ si vous utilisez le statut séparé de dépôt marié.

Dans de tels cas, vous pouvez déduire les intérêts en vertu des règles fiscales régulières et de l’AMT. Cependant, si le test précédent n’est pas réussi, les intérêts sur le prêt sur valeur domiciliaire sont refusés aux fins fiscales régulières pour 2018-2025. Donc, pour l’instant, ce facteur de risque AMT a perdu ses dents dans de nombreux cas.

Déductions forfaitaires

Les déductions forfaitaires permises en vertu des règles fiscales régulières ont toujours été complètement interdites en vertu des règles de l’AMT. Pour 2018-2015, la TCJA a considérablement augmenté les montants de déduction forfaitaire, mais ils sont toujours refusés en vertu des règles de l’AMT. Ainsi, la TCJA a en fait augmenté ce facteur de risque AMT.

Amortissements

Les déductions d’amortissement fiscales régulières de votre entreprise et/ou de vos investissements dans des sociétés S, des SARL et des partenariats peuvent créer des ajustements AMT qui augmentent votre revenu AMT et les chances de devoir l’AMT. En vertu de la TCJA, les entreprises peuvent déduire le coût total de nombreux actifs amortissables au cours de l’année 1 en vertu des règles fiscales régulières et des règles de l’AMT – pour les actifs éligibles mis en service entre le 28/09/17 et le 31/12/22. Ainsi, pour l’instant, ce facteur de risque AMT est fortement réduit pour les actifs nouvellement acquis. Cependant, il existe toujours pour les actifs plus anciens que vous dépréciez toujours selon les règles pré-TCJA.

Revenus d’intérêts des obligations d’activité privée

Cette catégorie de revenus d’intérêts est libre d’impôt aux fins de l’impôt ordinaire, mais imposable selon les règles de l’AMT. Donc, ce facteur de risque existe toujours.

La ligne de fond

Bien que la TCJA réduise considérablement les chances que vous deviez payer l’AMT jusqu’en 2025, ne supposez pas que vous êtes exempté de l’AMT, surtout si vous présentez certains des facteurs de risque décrits précédemment. Ne pas savoir que vous devez l’AMT peut entraîner des arriérés d’impôt, des intérêts et peut-être des pénalités. Pas bon!

Votre fiscaliste peut vous dire si vous êtes exposé à l’AMT et peut-être suggérer des stratégies pour réduire votre profil AMT.

Si vous devez l’IMR pour 2021, vous devrez peut-être effectuer un paiement d’impôt estimé pour éviter une pénalité d’intérêt. Si tel est le cas, effectuez ce paiement avant le 17/01/21.

Le crédit d’impôt minimum à la rescousse ? Peut-être

Une partie de votre obligation AMT peut potentiellement générer ce que l’on appelle le crédit d’impôt minimum (MTC). Si c’est le cas, vous pouvez reporter le MTC sur les années d’imposition futures et l’utiliser pour réduire votre impôt normal à payer jusqu’à ce qu’il soit égal à votre AMT à payer.

Les MTC ne sont générés que par les passifs de l’AMT qui sont attribuables à ce que l’on appelle préférences de report (éléments qui sont reconnus à des moments différents aux fins de l’impôt ordinaire et aux fins de l’AMT, tels que les déductions pour amortissement).

Les passifs de l’AMT qui sont attribuables à ce que l’on appelle préférences d’exclusion (les éléments qui sont traités différemment de façon permanente en vertu des règles fiscales et de l’IMR régulières, comme les déductions forfaitaires) ne génèrent pas de MTC. Les préférences d’exclusion incluent :

?? Déductions détaillées qui ne sont pas autorisées en vertu des règles de l’AMT, telles que les taxes nationales et locales.

?? Déductions d’intérêts sur les prêts sur valeur domiciliaire si le produit du prêt n’a pas été dépensé pour votre première ou votre deuxième résidence.

?? Déductions normales.

?? Intérêts exonérés d’impôt sur certaines obligations d’activité privée.

La plupart des autres ajustements et préférences AMT sont des préférences de report qui généreront potentiellement des MTC. Par exemple, l’élément d’aubaine de l’exercice d’un ISO est une préférence de report, de même que les ajustements d’amortissement AMT.

Point clé: Calculez le MTC sur le formulaire 8801 (Crédit pour l’impôt minimum de l’année précédente – Particuliers, successions et fiducies). Plus précisément, vous préparez le formulaire 8801 pour l’année après l’année où vous payez l’IMR pour calculer le MTC qui a été généré l’année précédente. Vous déposez ensuite le formulaire 8801 avec votre formulaire 1040 pour l’année suivante.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*