Palou remet son titre en jeu, bataille de générations en vue


Le Catalan, champion surprise l’an dernier, remet en jeu sa couronne en IndyCar à partir de ce dimanche.

Sacré champion à la surprise générale l’an passé, l’Espagnol Alex Palou, représentant d’une nouvelle génération décomplexée face aux cadors habituels, va devoir confirmer ce statut à l’occasion de la nouvelle saison d’IndyCar, qui démarre dimanche au GP de Saint Petersburg (Floride). Comme en 2020, c’est une Chip Gagnassi Racing qui a fait la loi dans le championnat américain de monoplaces. Mais là où beaucoup avaient parié sur l’expérimenté Scott Dixon, 41 ans, pour conserver sa couronne et porter à sept son record de titres, peu imaginaient son coéquipier, de 17 ans son cadet, lui succéder dès sa deuxième saison.

C’est pourtant ce qui s’est produit, le Catalan devenant le premier champion de moins de 25 ans depuis… Dixon en 2003, et le 7e le plus jeune de l’histoire. Naturellement, il sera scruté mais ce nouveau statut ne semble pas de nature à le perturber. «Je ne ressens pas plus de pression pour défendre le titre… Je pense même que j’en ressens moins. Nous avons prouvé l’année dernière que nous sommes capables d’atteindre le sommet, de gagner des courses, de remporter le championnat… Il s’agit donc simplement de recommencer», a-t-il déclaré au Mundo Deportivo.

«La concurrence sera relevée, ce sera un gros défi», a ajouté le chef de file d’une nouvelle génération de pilotes ayant connu la victoire en Grands Prix, que ce soit l’Américain âgé de 21 ans Colton Herta (trois fois avec Andretti), le Mexicain de 22 ans Pato O’Ward (deux fois avec McLaren) ou encore le Néerlandais de 21 ans Rinus VeeKay (une fois avec Carpenter).

Grosjean l’ambitieux

Si un vent de fraîcheur a soufflé sur l’IndyCar en 2021, la nouveauté n’est pas toujours en rapport avec l’âge. Le Franco-Suisse Romain Grosjean, 35 ans, a fait des débuts remarqués l’année dernière après dix saisons de Formule 1, conclues par un grave accident dont il est sorti miraculé en novembre 2020 à Bahreïn, en obtenant trois podiums et une pole position. De quoi convaincre Andretti Autosport d’en faire un de ses pilotes principaux, avec Herta et Alexander Rossi, pour revenir au sommet. Grosjean, par ailleurs plébiscité au premier rang des pilotes les plus appréciés des fans dans un sondage diligenté par l’IndyCar, pourrait bien être aux avant-postes cette saison.

Il ne sera pas le seul: déjà un vieux briscard à 31 ans, Josef Newgarden (Penske), champion en 2017 et 2019, visera un troisième titre après avoir fini deuxième en 2020 et 2021, sans oublier l’inusable Scott Dixon. Un duo très expérimenté, au sein de l’équipe Meyer Shank Racing, tentera aussi de jouer les trouble-fêtes: le Français Simon Pagenaud, 37 ans, et le Brésilien Helio Castroneves, 46 ans, spécialistes des 500 Miles d’Indianapolis (cinq victoires, une plus quatre).

Enfin, les regards seront également tournés vers la Colombienne Tatiana Calderon, seule femme pilote du paddock, engagée dans les courses sur circuits routiers et urbains, faisant d’elle la première à occuper un baquet régulier en IndyCar depuis l’Italo-Suissesse Simona de Silvestro en 2013.

Tatiana Calderon, ici au côté de Jean Todt, sera engagée sur les circuits routiers et urbains cette saison. Panoramic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*