Personne ne croit que Biden a une ligne rouge en Ukraine après la débâcle syrienne

[ad_1]

Le conseiller à la sécurité nationale du président Joe Biden, Jake Sullivan, a averti son homologue russe la semaine dernière que “toute éventuelle décision russe d’utiliser des armes chimiques ou biologiques en Ukraine” aurait des “conséquences”.

Cette Maison-Blanche manque de crédibilité pour émettre une telle menace – comme nos alliés du Moyen-Orient le savent bien.

La dernière fois qu’un président américain a tenté de dissuader un despote de déployer des armes chimiques dans un conflit sanglant remonte à 2013, lorsque l’ancien patron de Sullivan, le président Barack Obama, a averti le président syrien Bashar al-Assad qu’attaquer le peuple syrien avec des armes chimiques équivalait à une ” ligne rouge » qui, si elle était franchie, entraînerait « d’énormes conséquences ».

Assad n’a pas tenu compte de l’avertissement d’Obama. Il a finalement mené des dizaines d’attaques chimiques contre son propre peuple. Obama (et son vice-président, Joe Biden) espéraient obtenir un soutien international écrasant pour intervenir. Mais l’Europe était divisée, alors Obama s’est tourné vers le Congrès, puis a décidé de ne pas demander l’autorisation du Congrès. En fin de compte, le président a démissionné, détruisant toute crédibilité que l’Amérique avait au Moyen-Orient.

Le président syrien Bashar al-Assad a franchi la « ligne rouge » d’Obama et a utilisé des armes chimiques en Syrie.
Spoutnik / Mikhail Klimentyev / Kremlin via REUTERS

On ne peut qu’imaginer comment cette démonstration d’indécision est apparue à l’homme fort russe Vladimir Poutine, qui cherchait à réduire l’influence américaine dans la région.

Une fois qu’il est devenu clair qu’Obama n’interviendrait pas, Poutine a agi. Il a envoyé des avions en Syrie, ciblant les rebelles sunnites qui menaçaient le régime d’Assad. De là, Poutine a déployé du personnel au sol, qui a combattu aux côtés des forces syriennes ainsi que des combattants du groupe terroriste libanais Hezbollah et du Corps des gardiens de la révolution islamique iraniens. Des centaines de milliers de Syriens ont ainsi perdu la vie. Beaucoup d’autres ont été déplacés.

L’épisode de la ligne rouge de 2013 n’a pas seulement permis à Assad de rester au pouvoir pour perpétrer des crimes contre l’humanité. Cela a également permis à Poutine de faire entrer et sortir jusqu’à 63 000 militaires de la Syrie au fil des ans. Ils ont acquis une expérience précieuse sur le champ de bataille, qu’ils mettent maintenant à profit en Ukraine.

Mais les conséquences négatives ne se sont pas arrêtées là. Une fois que Poutine s’est installé en Syrie, il a déployé ses formidables systèmes anti-aériens S-400 pour patrouiller dans le ciel syrien. Cela a lié les mains d’Israël, qui a de plus en plus besoin de mener des frappes aériennes en Syrie, grâce à l’opération massive de contrebande d’armes de la République islamique d’Iran.

Le président russe Vladimir Poutine a soutenu al-Assad pendant la guerre civile.
Le président russe Vladimir Poutine a soutenu al-Assad pendant la guerre civile.
REUTERS/Aziz Taher

L’Iran a exploité le brouillard de la guerre en Syrie, utilisant le champ de bataille pour déplacer discrètement des munitions à guidage de précision vers le Hezbollah au Liban. Jamais auparavant un acteur non étatique n’avait acquis de MGP. Il pourrait y avoir des conséquences importantes si le Hezbollah en acquiert suffisamment. Ils permettraient au groupe terroriste de frapper des cibles stratégiques dans tout Israël avec une précision mortelle, et ils pourraient même échapper au système israélien Iron Dome. Avec suffisamment de PGM, le Hezbollah peut un jour mener une guerre destructrice en Israël.

Comme on pouvait s’y attendre, les Israéliens sont devenus alarmés. Au cours des dernières années, ils ont mené des milliers d’attaques contre des cibles iraniennes et du Hezbollah en Syrie. Pour les Israéliens, c’est une question de sécurité nationale urgente. Mais pour ce faire, ils doivent dénouer les conflits avec l’armée russe. En effet, à la suite de l’épisode de la ligne rouge de 2013, Israël a besoin de la Russie s’il souhaite opérer à travers sa frontière nord-est.

Dans une tournure bizarre, bon nombre des mêmes fonctionnaires qui n’ont pas réussi à faire respecter la ligne rouge d’Obama servent maintenant l’administration Biden. Sans aucune conscience d’eux-mêmes, ils reprochent à Israël de ne pas suffisamment aider l’Ukraine. D’une manière ou d’une autre, ils ont perdu le fait qu’Israël ne peut pas défier ouvertement la Russie si elle souhaite accéder à l’espace aérien syrien.

Dans une autre tournure étrange, la Maison Blanche veut que les États arabes producteurs de pétrole compensent la perte de production résultant des sanctions contre la Russie. Ces États aspiraient autrefois à ce que l’administration Obama évince Assad. Au lieu de cela, ils ont regardé avec horreur Poutine venir à la rescousse d’Assad. Puis ils ont regardé avec incrédulité Washington signer un accord nucléaire avec l’Iran, rapportant à Téhéran quelque 150 milliards de dollars d’allègement des sanctions. Une part importante de cet argent a aidé à renforcer le régime d’Assad.

Biden a déclaré qu'il y aurait des
Biden a déclaré qu’il y aurait des “conséquences” pour la Russie si Vladimir Poutine utilisait des armes chimiques en Ukraine.
Mikhail Klimentyev, Spoutnik, photo de la piscine du Kremlin via AP

Alors que Biden fait pression sur nos alliés arabes pour augmenter la production de pétrole, les négociateurs américains et iraniens à Vienne sont sur le point de conclure un nouvel accord nucléaire – avec les Russes comme principal médiateur, rien de moins. Le résultat sera une fois de plus le déblocage de milliards de dollars pour financer Téhéran et ses mandataires. Assad sera à nouveau bénéficiaire.

Biden lui-même a récemment mis en garde contre les “conséquences” si Moscou utilise des armes chimiques en Ukraine. Pour nos alliés au Moyen-Orient, ces menaces sonnent aussi creux aujourd’hui qu’en 2013.

Les actions ont des conséquences. L’inaction aussi. Dix ans plus tard, nos alliés du Moyen-Orient peuvent en témoigner. Dans dix ans, nos alliés européens pourraient faire de même.

Jonathan Schanzer est vice-président senior pour la recherche à la Fondation pour la défense des démocraties. Enia Krivine est directrice principale du programme israélien et du réseau de sécurité nationale des FDD.

Twitter : @JSchanzer @EKrivine.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*