10 consoles portables rétro des années 90 dont vous ignoriez probablement l’existence


L’industrie du jeu vidéo a explosé dans les années 90. Après le monopole de Nintendo sur le marché à la fin des années 80, SEGA est intervenu et a prouvé qu’il y avait de la place pour plus d’une société de jeux prospère. Avant longtemps, de nouvelles consoles – comme la 3DO et la CD-I – faisaient leur apparition chaque année. La plupart, cependant, sont rapidement tombés dans l’oubli.

Le marché des ordinateurs portables s’est également réchauffé au cours des années 90, chaque entreprise essayant de capitaliser sur le succès du hit de Nintendo, la Game Boy. Malheureusement, il s’est avéré que le marché des ordinateurs portables était encore plus difficile que la vente de consoles, et de nombreux appareils portables ont été rapidement oubliés et perdus dans l’histoire.

FILM VIDÉO DU JOUR

Moteur PC GT / TurboExpress (1990)

L’une des premières tentatives de concurrence avec la Game Boy est venue de NEC, qui a également fabriqué la console TurboGrafx-16. Le concept du PC Engine GT (également sorti au TurboExpress dans certains pays) était essentiellement de créer une version portable de la console TurboGrafx.

À l’époque, c’était en fait un ordinateur de poche impressionnant, même avec un écran couleur… quelque chose que la Game Boy n’obtiendrait pas avant huit ans. Cependant, son immense puissance signifiait également qu’il était extrêmement gourmand en énergie, aspirant souvent les batteries à sec en quelques heures.

Gamète (1990)

Bit Corp, une société d’électronique basée à Taïwan, a lancé une alternative bon marché à la Game Boy sur le marché, appelée Gamate. Il fut universellement méprisé et tomba rapidement dans l’obscurité absolue. Avec une qualité sonore épouvantable, des visuels épouvantables et du matériel bon marché, le Gamate était un véritable désastre.


En fait, une caractéristique de NintendoLife déclare même que les capacités graphiques du Gamate étaient si mauvaises que tout jeu avec beaucoup de mouvement devenait presque injouable puisque le mouvement apparaissait comme une image déformée à l’écran. Plus le mouvement était rapide, plus l’objet devenait flou, ce qui, parfois, se traduisait par un écran rempli de flous mobiles pratiquement méconnaissables.

Lynx II (1991)

En 1989, Atari sort sa console portable Lynx. Il est devenu le premier appareil portable avec un écran couleur et devait rivaliser avec le Game Boy. Les ventes ont connu un succès modéré, mais son prix élevé (179,99 $, ce qui était très cher pour la journée) a effrayé de nombreux consommateurs.


Pour aider à raviver l’intérêt, Atari a réorganisé l’ordinateur de poche en 1991 avec ce qui était connu en interne sous le nom de “Lynx II”, mais simplement vendu sous le nom de Lynx avec un nouveau design. Il avait amélioré la durée de vie de la batterie, un meilleur matériel et, surtout, un prix moins cher. Cependant, à ce stade, la Game Boy avait explosé en popularité et la réputation d’Atari avait été ternie, entraînant des ventes peu impressionnantes.

Supervision Watara (1992)

En 1992, la Supervision est sortie pour offrir une alternative moins chère à la Game Boy. Et même si c’était une excellente idée de sortir un ordinateur de poche de style Game Boy pour le marché discount, la qualité bon marché de Supervision s’est rapidement révélée, notamment dans sa bibliothèque de jeux.


La plupart ressemblaient au genre de jeux que les étudiants avaient l’habitude de télécharger sur leurs calculatrices. Les jeux de labyrinthe, le solitaire et les imitations de Tetris ont rendu la Supervision incroyablement ennuyeuse et inutile, ce qui a fait que l’ordinateur de poche n’a duré que quelques années.

SEGA Nomade (1995)

En 1995, SEGA était en difficulté. Leur tentative désespérée de précipiter la console périphérique SEGA 32X tant détestée sur le marché a incité les joueurs à se méfier de la société, et la sortie récente de leur nouvelle console, la Saturn, se déroulait horriblement. SEGA cherchait désespérément à prolonger la durée de vie de leur seule console à succès à ce jour : la Genesis/Mega Drive.


Pour ce faire, ils ont imaginé le Nomad. C’était une version portable du Genesis/Mega Drive qui utilisait même leurs cartouches de jeu, ce qui signifie que quiconque possédait déjà la console pouvait simplement insérer ses cartouches dans le Nomad. Malgré quelques critiques positives pour le Nomad, SEGA était tout simplement trop dispersé, essayant maintenant de prendre en charge une poignée de consoles et de périphériques… aucun d’eux auquel il ne pouvait accorder toute son attention.

Game.com (1997)

L’appareil Game.com de Tiger Electronic est facilement l’une des consoles portables les plus uniques et les plus curieuses jamais conçues. Bien que l’écran soit toujours en noir et blanc, le Game.com présentait des tonnes de fonctionnalités uniques, telles que sa capacité de connectivité Internet (d’où le nom de l’appareil), un écran tactile et des jeux qui ne pouvaient être trouvés sur aucun autre appareil portable, aimer Duc Nukem 3D et même une version de Resident Evil 2.

Avec ses capacités Internet et sa bibliothèque de jeux axée sur la maturité, Game.com est devenu une Game Boy pour adultes. Malheureusement, les ventes n’ont jamais décollé et le Game.com est tombé dans l’obscurité.

Game Boy Light (1998)

En 1998, alors que le monde recevait la Game Boy Color, le Japon a également obtenu une nouvelle version exclusive de la Game Boy originale, la Game Boy Light.

La Game Boy Light était une amélioration par rapport à la Game Boy Pocket, conservant son boîtier plus petit et plus mince, mais ajoutant un rétroéclairage… quelque chose que les joueurs voulaient depuis des années. Non seulement c’était la première Game Boy à disposer d’un rétroéclairage, mais elle est restée la seule console portable de Nintendo à être rétroéclairée jusqu’à la Game Boy Advance SP de 2005.

Néo Géo Pocket (1998)

Neo Geo n’a jamais été de la taille de Nintendo ou de SEGA, mais il était toujours considéré comme un acteur majeur dans le monde du jeu vidéo, en particulier en ce qui concerne les jeux d’arcade. Neo Geo est responsable de franchises comme Furie fataleet le plus célèbre, Limace de métal. En plus de leurs jeux d’arcade, Neo Geo fait son entrée dans les salons en 1990 avec sa première console de salon et continue en 1994 avec le CD Neo Geo.

En 1998, Neo Geo voulait également entrer sur le marché des ordinateurs de poche avec son appareil monochrome Neo Geo Pocket. Cependant, la nouvelle que Nintendo était sur le point de lancer une nouvelle version couleur de la Game Boy a rapidement ruiné les espoirs de Neo Geo. La Neo Geo Pocket n’a duré qu’un an… et n’a reçu que 10 jeux.


Couleur de poche Neo Geo (1999)

Après seulement un an, Neo Geo a sorti un autre appareil portable, tuant essentiellement son propre prédécesseur. Le Neo Geo Color était un ordinateur de poche 16 bits qui affichait 146 couleurs. L’une de ses caractéristiques les plus intéressantes est qu’il pourrait être connecté à la console Dreamcast controversée et malheureuse de SEGA dans le cadre d’un accord bizarre entre les deux sociétés (qui a également conduit Neo Geo Pocket à obtenir son propre jeu Sonic exclusif, Aventure de poche sonique).

En plus de cela, la Pocket avait également sa propre exclusivité Limace de métal jeux et même une version portable de la célèbre franchise de snowboard, Pensionnaires sympas. Malheureusement, la Game Boy était tout simplement trop dominante, surtout avec la popularité de Pokémon. Après deux ans, la console a été abandonnée.

Wonder Swan (1999)

Sorti uniquement au Japon, le WonderSwan était la chose la plus proche de la concurrence que la Game Boy de Nintendo ait jamais eue.

Selon Joueur rétro, le WonderSwan a réussi à vendre 1,55 million d’unités, ce qui, même si cela peut sembler petit, est en fait impressionnant étant donné qu’il n’a été lancé que dans un seul pays. C’est d’autant plus impressionnant que le WonderSwan était noir et blanc, et sorti il ​​y a un an après la Game Boy Color. L’ordinateur de poche a rencontré le succès grâce à un prix bon marché et à des jeux exclusifs, notamment Digimon.

LEGO Star Wars : La saga Skywalker – Chaque minikit dans un nouvel espoir




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*