nouveau fiasco en vue pour le tennis français ?


Le tennis tricolore espère faire «moins pire» que la dernière édition catastrophique, où aucun joueur ni aucune joueuse n’avaient dépassé le deuxième tour en simple.

En s’extirpant des qualifications à Roland-Garros, Geoffrey Blancaneaux, 23 ans et 195e joueur mondial, est le seul Français à avoir réussi cette performance cette année. C’est déjà mieux qu’en 2021 où aucun de nos représentants n’avait réussi à atteindre le tableau final. Ils seront 14 joueurs (dont 6 invités) et 12 joueuses (dont 6 invitées), à partir de dimanche, sur la ligne de départ. Pour quelles ambitions ? Limitées, très limitées. Déjà, il faudra faire «moins pire» qu’en 2021 où seuls trois Français avaient passé un tour, avant d’être éliminés au deuxième – leur pire performance collective depuis que le tennis est devenu professionnel en 1968… En l’absence du numéro un français (et 22e mondial) Gaël Monfils, forfait en raison d’une blessure, tout est dépeuplé. Il n’y aura ainsi pas de tête de série dans les tableaux masculin et féminin à Paris, une première depuis 1999.

Autant dire que les chances de voir un joueur ou une joueuse française au troisième tour à Paris sont minces. L’éclaircie du début de saison (quarts de Monfils et Cornet en Australie) ne doit pas occulter le fait que le tennis français traverse une crise profonde. Pour la première fois depuis 1971, il n’y avait par exemple pas de représentant tricolore dans le tableau du Masters 1000 de Rome… Neuf Bleus figurent dans le Top 100, mais ils ne sont plus que deux dans les 50 premiers (Monfils 22e et Ugo Humbert 45e) et il n’y en a plus dans le Top 20. La Française la mieux classée est Alize Cornet… 40e mondiale.

À 37 ans, Jo-Wilfried Tsonga, ancien 5e mondial et plus beau palmarès français depuis Yannick Noah, joue sur la terre battue parisienne son ultime tournoi grâce à une invitation. Tout comme Gilles Simon (159e, 37 ans). Respectivement opposés à Casper Ruud, 8e mondial et Pablo Carreno Busta, 17e, au 1er tour, les deux vétérans n’ont pas été gâtés par le tirage au sort. À 35 ans, Richard Gasquet, s’accroche encore de son côté, comme le prouve sa récente demi-finale à Genève, après avoir battu Daniil Medvedev au 2e tour. Mais le Biterrois, 75e à l’ATP, aura-t-il assez d’énergie dans le moteur pour se débarrasser du Sud-Africain Lloyd Harris (37e), puis de l’Américain Sebastian Korda (30e), afin d’atteindre le 3e tour d’un Majeur pour la première fois depuis l’US Open 2018 ?

Ugo Humbert, âgé de 23 ans, est le Français le mieux classé au niveau mondial (45e). Mais il n’est pas du tout l’aise sur terre battue. Une victoire contre le Finlandais Emil Ruusuvuori (61e) au premier tour serait déjà une belle satisfaction. Benjamin Bonzi, 53e mondial semble avoir les moyens de réussir une perf’ face à Frances Tiaffoé peu inspiré sur terre. Et Quentin Halys, 86e mondial et auteur d’une très belle saison sur le circuit challenger (2e division), pourrait créer une belle surprise face à John Isner, pas un géant sur ocre…. Hugo Gaston, 68e, mais en perte de confiance ces dernières semaines retrouvera-t-il comme par miracle son meilleur niveau à Paris où il a brillé dans un passé proche (8e en 2020 Porte d’Auteuil et quart à Bercy en 2022) ? Il lui faudra frapper fort d’entrée contre Alex de Minaur (21e). Et Benoît Paire, catastrophique en 2022, a annoncé sur les réseaux sociaux qu’il allait «mettre le feu à Roland-Garros ». À commencer lors de son premier tour contre le Biélorusse Ilya Ivashka (50e), On attend de voir.

Cornet bien discrète depuis l’Open d’Australie

Dans le tennis féminin, les raisons d’être optimistes sont encore moins nombreuses. Depuis son quart de finale à l’Open d’Australie, la Niçoise Alizé Cornet, 8e de finaliste en 2017 Porte d’Auteuil, s’est montrée très discrète. Opposée d’entrée à la Japonaise Misaki Doi (97e), elle pourrait retrouver au tour suivant la Lettonne Jelena Ostapenko (13e).). Caroline Garcia (73e mondiale) et Kristina Mladenovic (110e), sont en perte totale de confiance depuis plusieurs mois tout comme Fiona Ferro, huitième de finaliste en 2020, et redescendue à la 139e place mondiale. Et les jeunes pousses Clara Burel (95e) et Diane Parry (96e), devront réaliser un exploit monumental, respectivement face à la Grecque Maria Sakkari (4e), demi-finaliste l’an dernier et la tenante du titre tchèque Barbora Krejcikova (2e)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*