Après 50 ans de progrès, dans quelle mesure les femmes sont-elles préparées à la retraite ?

[ad_1]

Nous avons récemment terminé une étude à l’aide de Étude sur la santé et la retraite, évaluer la préparation à la retraite des femmes à la suite du titre IX des amendements sur l’éducation de 1972, qui interdit la discrimination sexuelle dans toute activité éducative bénéficiant d’un financement fédéral.

Les gains pour les femmes en tant qu’individus au cours des 50 dernières années ont été bien documentés. Le pourcentage de femmes titulaires d’un diplôme universitaire a énormément augmenté, passant de 15 % pour celles nées dans les années 1930 à un tiers pour les dernières baby-boomers, nées au début des années 1960 (voir la figure 1). L’enseignement supérieur s’est traduit par une plus grande participation au marché du travail et une réduction substantielle de l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes.

En revanche, les femmes ont choisi de passer moins de leur vie adulte mariées (voir tableau 1). Ils se sont mariés plus tard, plus ne sont jamais mariés et plus ont divorcé.

La question est alors de savoir comment ce déclin du mariage combiné à des gains économiques a affecté la préparation à la retraite des femmes. La préparation à la retraite est mesurée de deux façons : la richesse et les taux de remplacement.

Lis: Le divorce gris peut être financièrement dévastateur – en particulier pour les femmes

Le tableau 2 montre comment la richesse a changé d’une cohorte à l’autre pour les femmes et les hommes. (Cette analyse attribue la pleine valeur du couple à la femme et à l’homme.) Pour les cohortes antérieures, la richesse des femmes équivalait à 82 % à 85 % de celle des hommes ; pour les cohortes ultérieures, les chiffres comparables étaient de 90 % à 93 %. Les hommes du baby-boom, qui n’ont pas bénéficié de gains en termes d’éducation ou de revenus au fil du temps, semblent avoir été beaucoup plus durement touchés que leurs homologues féminines par la Grande Récession.

Le tableau 3 montre comment l’amélioration globale de la richesse des femmes est liée à leur état matrimonial. La forte baisse de la richesse médiane des femmes qui passent leur vie principalement mariées reflète en grande partie la baisse de fortune de leurs maris. Étant donné que la richesse des femmes pour la plupart célibataires et jamais mariées est restée relativement stable, leurs avoirs ont fortement augmenté par rapport aux femmes pour la plupart mariées.

Toutefois, le but ultime du patrimoine de retraite est de soutenir le niveau de vie des personnes avant la retraite à la retraite. Ainsi, l’exercice suivant répète l’exercice pour les taux de remplacement – ​​le revenu de retraite projeté en pourcentage des gains avant la retraite. Les résultats montrent que les femmes jamais mariées et pour la plupart célibataires sont désormais aussi bien préparées à la retraite que leurs homologues pour la plupart mariées (voir tableau 4).

La conclusion est donc que les femmes ne semblent pas avoir annulé leurs gains économiques depuis l’adoption du titre IX en choisissant de passer plus de temps par elles-mêmes. Ils ont gagné à la fois des revenus et des richesses et sont aussi bien préparés pour la retraite que les couples mariés.

Apprenez à bousculer votre routine financière au Best New Ideas in Money Festival les 21 et 22 septembre à New York. Rejoignez Carrie Schwab, présidente de la Fondation Charles Schwab.

[ad_2]

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*